Cet article date de plus d'un an.

"C’est un peu les taxis de la Marne de la guerre contre le coronavirus", raconte le patron du marché de Rungis qui lance son site de vente en ligne

"On est la deuxième ligne qui va essayer d'apporter" aux consommateurs d'Ile-de-France, "les produits frais qu'ils avaient l'habitude de trouver sur leur marché", explique sur franceinfo Stéphane Layani, président du marché de Rungis.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 3 min.
Le marché de Rungis. Photo d'illustration. (VINCENT ISORE / MAXPPP)

Le marché de Rungis va vendre directement aux consommateurs des produits alimentaires frais grâce au site de vente en ligne rungislivrechezvous.com. L’objectif est de remplacer les marchés qui sont, pour beaucoup, fermés en raison de l’épidémie de coronavirus.

>> Suivez les dernières actualités sur le coronavirus dans notre direct

Stéphane Layani, président du marché de Rungis, a estimé ce vendredi sur franceinfo que ce site va permettre aux gens de ne pas se concentrer sur les points de vente et éviter, ainsi, une contagion au Covid-19. "C’est un peu les taxis de la Marne de la guerre contre le coronavirus", a-t-il affirmé. "On est la deuxième ligne qui va essayer d'apporter" aux consommateurs d'Ile-de-France, "les produits frais qu'ils avaient l'habitude de trouver sur leur marché."

franceinfo : pourquoi avoir créé ce site ?

Stéphane Layani : On a besoin d'approvisionner la région parisienne en produits frais. Or, lundi dernier un certain nombre de canaux d'approvisionnement, les marchés couverts ont été fermés. Il nous est apparu indispensable de diversifier les points de contact avec les consommateurs de façon à ce que les gens ne se concentrent pas dans le même réseau. Si tout le monde va dans les supérettes et les supermarchés, le risque de contamination au Covid-19 et sans doute beaucoup plus grand. Il y a une autre idée, qui m'a été donnée par Valérie Pécresse, la présidente de la région Île-de-France, c’est qu’il faut être capable d'écouler les produits locaux de l'agriculture d'Île-de-France qui passait autrefois par les marchés. Et donc, comme on n'a pas de marchés aujourd'hui, on a mis en place ce nouveau canal de vendeurs. Ce n’est pas Rungis qui vend, ce sont des grossistes de Rungis qui vont apporter leur savoir-faire via un site qui s'appelle Rungis livré chez vous.

Comment cela va fonctionner ?

C'est très simple. À partir de lundi, on pourra, en tapant rungislivrechezvous.fr trouver ce site qui est le seul site référencé avec la marque Rungis. On pourra choisir pour au minimum 50 euros de fruits et légumes, de fromages, de poissons, de produits carnés et peut-être aussi de produits gastronomiques. On vous livrera directement chez vous avec des frais de livraison qui seront, au minimum, de 15 euros par personne. Ce qui sera formidable c’est que cette livraison se fera sans contact avec des gens qui auront des gants, des masques et je pense qu'on limitera au maximum les contagions.

Des supermarchés, dans certains quartiers, font la livraison gratuite en ce moment. Pourquoi ce prix de 15 euros ?

On joue la transparence. C'est le prix bas des factures de la plupart des sites de commerce électronique de produits frais. Vous pouvez trouver ça cher. Il n'y a rien de gratuit en ce bas monde. Et donc, si vous ne payez pas en bas de la facture, vous le payez en général dans le prix du produit.

Pensez-vous réussir cette mission de ramener des produits frais chez les Franciliens ?

C’est un peu les taxis de la Marne de la guerre contre le coronavirus. On est la deuxième ligne. La deuxième ligne va essayer d'apporter aux gens qui sont souffrants, aux gens qui peuvent difficilement se déplacer, les produits frais qu'ils avaient l'habitude de trouver sur leur marché ouvert ou couvert. J'ajoute, par ailleurs, qu'on a passé un partenariat, parce qu'on s'est attaché également aux commerces de proximité, avec Épicerie. Épicerie est un site de vente en ligne qui vous permet d'avoir des produits de votre boucher, de votre crémier, de votre primeur traditionnel.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.