Carte de déconfinement : "Il faut un système plus décentralisé et connecté au terrain", estime le président du conseil départemental de la Côte-d'Or

François Sauvadet, président UDI du conseil départemental de la Côte-d'Or, "pressentait" que son département serait classé rouge sur la carte de déconfinement présentée par le gouvernement.

Le président UDI du conseil départemental de Côte-d\'Or François Sauvadet, le 2 novembre 2018. 
Le président UDI du conseil départemental de Côte-d'Or François Sauvadet, le 2 novembre 2018.  (JC TARDIVON / MAXPPP)

La première carte provisoire indiquant les départements classés en rouge et en vert pour le déconfinement du 11 mai a été dévoilée ce jeudi 30 avril par le gouvernement. Elle sera remise à jour quotidiennement mais elle suscite déjà beaucoup de réactions. Des erreurs ont déjà été reconnues par l'Agence régionale de santé pour le Lot, le Cher et la Haute-Corse. "S'il y a des bugs sur les classements, c'est parce que le système reste trop centralisé", a estimé ce vendredi 1er mai sur franceinfo François Sauvadet, président du conseil départemental de la Côte-d'Or, classée en zone rouge. "Il faut un système plus décentralisé et connecté au terrain", a-t-il ajouté.

>> Coronavirus : suivez l'évolution de la crise sanitaire dans notre direct

Le classement de la Côte-d'Or en rouge, François Sauvadet "le pressentait" et l'a appris "comme tout le monde en regardant la télévision". La Côte-d'Or "a pris la crise de plein fouet après celle qui a frappé l'Alsace. Sur les 83 Ehpad du département, 60 connaissent de difficultés et ont eu des cas de suspicion de Covid-19 ou des cas avérés avec parfois des situations extrêmement lourdes. Dans un établissement, on a perdu 40 personnes et la moitié des effectifs. Il faut prendre les sujets très sérieusement", a-t-il expliqué.

D'ici au 7 mai, "c'est compliqué" de savoir si le département passera en vert ou pas. "On voit qu'on arrive à une situation de légère décroissance mais qui reste très tendue" au niveau des urgences et des réanimations "parce qu'on récupère aussi les patients qui viennent des départements environnants comme la Nièvre. Je ne vois pas comment on pourrait passer dans le vert."