CARTE. Coronavirus : six départements du quart nord-est ont connu un excédent de mortalité supérieur à 40% en mars par rapport à mars 2019

Selon les données de l'Insee, le Haut-Rhin, la Seine-Saint-Denis, les Hauts-de-Seine, les Vosges, l'Oise et la Moselle ont connu une hausse importante de la mortalité en mars 2020 par rapport à la même période de l'année précédente. 

Six départements français payent un très lourd tribut à l'épidémie de coronavirus. Des données de l'Insee publiées vendredi 10 avril montrent que plusieurs départements du Grand Est, d'Ile-de-France et des Hauts-de-France enregistrent une surmortalité de plus de 40% en mars 2020 par rapport à mars 2019"Le Haut-Rhin se distingue toujours par un très fort excédent de mortalité entre le 1er et le 30 mars 2020 par rapport à la même période en 2019 (+128 %)", détaille l'institut. "Cinq autres départements enregistrent un nombre de décès survenus en mars 2020 supérieur de plus de 40% à celui observé en 2019 aux mêmes dates : la Seine-Saint-Denis (+62 %), les Hauts-de-Seine (+56 %), les Vosges (+55 %), l'Oise (+42 %), la Moselle (+41 %)."

Au niveau national, 57 441 décès ont été enregistrés en 2020 en France contre 52 011 en 2019, poursuit l'Insee. Un nombre qui "reste néanmoins inférieur au nombre des décès enregistrés sur la même période en 2018 (58 641 décès en France), année où la grippe saisonnière était encore virulente au mois de mars", explique encore l'institut national de la statistique.

Très forte hausse de la mortalité dans les Ehpad

Ces nouvelles données de l'Insee traduisent également un excès de mortalité en établissements pour personnes âgées dans trois régions : "En Ile-de-France avec un accroissement en mars 2020 de +72% par rapport à mars 2019 alors que l'augmentation globale des décès est de +39% ; dans le Grand Est (+49% en établissement contre +39% globalement) et dans une moindre mesure dans les Hauts-de-France (+18% contre +11% globalement)."

"En Ile-de-France, presque tous les départements sont concernés par cet excès de mortalité en établissements pour personnes âgées, notamment les Hauts-de-Seine et Paris, où le nombre de décès a plus que doublé par rapport à 2019", poursuit l'institut. "Dans le Grand Est, le département du Haut-Rhin est particulièrement touché (trois fois plus de décès en établissements pour personnes âgées qu'en 2019)."

"A l'opposé, il y a dans d'autres régions une baisse des décès en établissements pour personnes âgées malgré une augmentation globale de la mortalité (Pays de la Loire, Corse et Centre-Val de Loire notamment)", relève encore l'Insee.