La justice reconnaît pour la première fois comme handicap l'électrosensibilité

Le tribunal de Toulouse a reconnu l'électrosensibilité d'une femme comme handicap. Une première en France.

France 2

À Toulouse, une femme se disant victime d'électrosensibilité vient d'être reconnue comme adulte handicapé. Marine Richard vit recluse dans les montagnes de l'Ariège depuis cinq ans. Cette femme, qui serait hypersensible aux ondes électromagnétiques, a tout quitté : son travail et sa vie à Marseille.

Cet été, la justice a tranché en sa faveur. C'est la première fois qu'elle reconnaît le handicap d'une personne qui se dit électrosensible. L'année dernière, elle expliquait ses symptômes au micro de France 2 : "Pour moi, c'est essentiellement des maux de tête très forts, des problèmes cardiaques, des problèmes de concentration et de troubles de la mémoire, qui se manifestent quand je suis soumise aux champs électromagnétiques artificiels".

La question divise

Marine Richard touchera 800 euros par mois d'allocation pour adulte handicapé. Une aide précieuse pour cette femme qui vit aujourd'hui de l'aide de sa famille. Ce jugement pourrait faire jurisprudence. Aujourd'hui en France, l'électrosensibilité n'est pas reconnue comme une maladie et la question divise les médecins. L'année prochaine, l'agence de sécurité sanitaire doit rendre un rapport sur les effets des ondes sur notre santé.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une antenne-relais pour la téléphonie, à Gentilly (Val-de-Marne), le 7 septembre 2013. 
Une antenne-relais pour la téléphonie, à Gentilly (Val-de-Marne), le 7 septembre 2013.  ( MAXPPP)