"Le mode d'administration de l'Uvestérol D est dangereux"

Un nourrisson de dix jours a succombé à un arrêt cardio-respiratoire le 21 décembre. Il venait de recevoir de l'Uvestérol D. Pour le pédiatre Nacer Gadari, interrogé par franceinfo mardi, c'est le mode d'administration du médicament qui est dangereux.

L\'Uvestérol D est surveillé par l\'ANSM depuis dix ans.
L'Uvestérol D est surveillé par l'ANSM depuis dix ans. (GARO / PHANIE)

Un nourrisson de dix jours est décédé le 21 décembre après un arrêt cardio-respiratoire. Juste avant, l'enfant avait reçu une dose d'Uvestérol D, un médicament contre la carence en vitamine D.

Le pédiatre Nacer Gadari a estimé mardi sur franceinfo que c'est le mode d'administration qu'il faut mettre en cause et non pas le médicament lui-même. "La vitamine D n'est pas dangereuse, mais la façon de donner la vitamine D, l'eau ou autre chose peut être source de malaise, d'étouffement", a-t-il expliqué.

L'Uvestérol D surveillé depuis dix ans

"La vitamine D est prescrite à toutes les mamans en sortant de la maternité", a poursuivi le médecin. La vitamine D existe sous deux formes, en gouttes ou en dose sur une pipette. C'est dans ce dernier cas, que la dose peut être dangereuse, "si on injecte très fort directement sur la gorge", a-t-il décrit. Pour ce mode d'administration, il faut mettre l'enfant sur le côté et injecter tout doucement. "Ainsi, on peut éviter les risques de fausse route ou de malaise à l'enfant" explique Nacer Gadari.

L'uvestérol D, produit par le laboratoire Crinex, est commercialisé depuis 1990. Il est surveillé par l'Agence nationale du médicament et des produits de santé (ANSM) depuis dix ans après des malaises de bébés. Lundi, l'agence a précisé qu'aucun décès n'a été imputé à l'Uvestérol D jusqu'à présent et que des investigations sont en cours pour déterminer les causes exactes du décès.