Cet article date de plus de quatre ans.

Cigarette électronique : ces pays qui la passent à tabac

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min
Cigarette électronique : ces pays qui la passent à tabac
Cigarette électronique : ces pays qui la passent à tabac Cigarette électronique : ces pays qui la passent à tabac (FRANCEIFO)
Article rédigé par franceinfo
France Télévisions

Plusieurs pays ont durci leur législation vis-à-vis des cigarettes électroniques. Parmi eux, certains États américains, l'Inde et la Thaïlande.

Dans certains pays, la cigarette électronique est passée à tabac. C'est le cas des États-Unis. Dnas l'État de New York (États-Unis) et à San Francisco, la vente de cigarettes électroniques est interdite. À San Francisco, la consommation de cannabis est donc légale, mais pas celle des cigarettes électroniques. De quoi faire rager les adolescents américains, nombreux à vapoter. Un lycéen américain sur cinq vapote. La pratique explose depuis sept ans. Certains se sont émus d'un potentiel manque à gagner pour la ville. Mais selon l'économiste en chef de la ville, Ted Egan, pas de problème : les achats se reporteront sur les véritables cigarettes.  

Passible d'emprisonnement en Thaïlande 

En Inde, le commerce des cigarettes électroniques peut coûter cher : 100 000 roupies d'amende, soit 1 200 euros, soit dix mois de salaire moyen. L'Inde, avec ses 275 millions de fumeurs, est le 2e plus grand consommateur de tabac, mais aussi le 3e plus grand producteur mondial, ce qui fait dire à certains amateurs de vapotage que le gouvernement veut protéger l'industrie du tabac. Elle tue 900 000 personnes par an en Inde, mais emploie aussi 45 millions d'Indiens.   

En Thaïlande, enfin, même les touristes n'ont pas le droit d'entrer sur le territoire avec une cigarette électronique. Une Française l'a appris à ses dépens. Arrêtée par la police, les autorités lui ont demandé 40 000 bahts, soit 1 200 euros. Elle a dû passer quatre jours en prison. Les voyageurs sont prévenus : en Thaïlande, le vapotage est un sport à haut risque.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.