Alcool : "On va préparer aussi un plan sur ce sujet-là", mais "la première cause de mortalité reste le tabac", déclare Aurélien Rousseau

Le ministre de la Santé a présenté mardi un plan contre le tabagisme qui provoque 75 000 décès par an en France. Il y en aura un aussi sur l'alcool, selon Aurélien Rousseau qui précise mercredi qu'il ne "relativise rien du tout".
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min
Aurélien Rousseau, ministre de la Santé, invité du 8.30 franceinfo le mercredi 29 novembre 2023. (FRANCEINFO)

Après la présentation du plan national contre le tabagisme, "on va préparer aussi un plan" sur l'alcool, mais "la première cause de mortalité [évitable] reste le tabac", déclare Aurélien Rousseau ministre de la Santé, sur franceinfo mercredi 29 novembre. "On y travaille", notamment sur "l'alcoolisation fœtale".

Chaque année en France, le tabagisme provoque 75 000 décès, soit en moyenne 200 morts par jour, selon le dernier bilan du ministère de la Santé et de la Prévention, publié mardi 28 novembre. Cette même source indiquait en août 2023, que la consommation d'alcool "est à l'origine de 49 000 décès par an, en France". Sur franceinfo mercredi, Aurélien Rousseau assure qu'il ne "relativise rien du tout" et ajoute que "la consommation d'alcool – et encore plus le combo alcool/tabac – est un sujet de santé publique majeur". 

Pourtant, au printemps dernier, le ministère de la Santé a retoqué deux campagnes de prévention sur les risques liés à la consommation d’alcool, dont l’une aurait dû être diffusée pendant la Coupe du monde de rugby en septembre. "Ne laissez pas l'alcool vous mettre KO", "on boit des coups, notre santé prend des coups", "boire de l’alcool multiplie les risques d'AVC hémorragiques", pouvait-on lire sur les visuels. "Aucune campagne n'a été interdite. On a eu un vrai débat sur la nature de cette campagne", affirme sur franceinfo Aurélien Rousseau. 

Le ministère a effectivement donné son accord pour une autre campagne de prévention à destination des jeunes avec cette fois des slogans tels que, "boire aussi de l'eau si on consomme de l’alcool", "raccompagner tes potes s’ils ont trop bu", "ne pas insister si tes potes ne veulent pas consommer". Sans répondre aux critiques de certaines associations sur le poids des lobbies, le ministre de la Santé explique qu'en matière de prévention des risques et de santé publique, "vous avez deux, de grands choix". Il détaille : "Soit comme par exemple sur la sécurité routière, vous montrez un accident horrible et ça peut marcher ; soit vous donnez des gestes de prévention". Il a opté pour la deuxième option car "80 % des jeunes de 17 ans ont déjà bu de l'alcool et dire que c'est mal, ça ne suffit pas".

Aurélien Rousseau promet donc une "campagne très forte" dans les prochains mois sur "l'alcoolisation fœtale". Un "sujet majeur et encore trop peu connu" en France. Il "y aura plusieurs grandes mesures de santé publique" y compris contre l'alcool. Mais le ministre de la Santé tient à faire de la pédagogie car, si "une partie des gens" comprendront qu'il s'agit de santé publique, d'autres penseront "qu'on veut les empêcher de vivre normalement ou leur faire les poches"

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.