Prévention contre l'alcool auprès des jeunes : "Cette campagne ne vise pas à réduire la consommation, et c'est un problème", estime un sénateur parisien

Pour le sénateur socialiste et médecin Bernard Jomier, la campagne de prévention contre l'alcool lancée ce lundi auprès des jeunes est "problématique", puisqu'elle n'incite, selon lui, pas à réduire la consommation.
Article rédigé par France Info
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
La nouvelle campagne de prévention contre l'alcool auprès des jeunes, lancée par le gouvernement. (Santé publique France)

La campagne de prévention "C'est la base", lancée lundi 25 septembre par le gouvernement, contre l'alcool auprès des jeunes, reçoit un accueil mitigé. "Cette campagne n'incite pas à réduire la consommation d'alcool, c'est problématique", estime sur franceinfo Bernard Jomier, sénateur socialiste de Paris et médecin.

Dans le détail, le sénateur et médecin estime que "cette nouvelle campagne associe l'alcool à la fête, comme s'il était normal d'être saoul à une fête. Elle ne porte aucun message sur les risques, elle ne porte que des messages d'accompagnement à la consommation. Les messages incitant à la réduction de la consommation d'alcool ont disparu".

L'une des trois premières cause de mortalité dans le pays

La campagne de prévention contre l'alcool auprès des jeunes comporte plusieurs slogans, tels "Boire aussi de l'eau, si on consomme de l'alcool", "Garder un oeil sur tes potes en soirée", ou encore "Raccompagner tes potes s'ils ont trop bu". Chaque phrase est accompagnée du slogan : "C'est la base".

Selon Bernard Jomier, cette campagne ne porte que des messages d'accompagnement à la consommation, car "le chef de l'État ne veut pas de messages qui réduisent la consommation d'alcool". Il estime qu'il est "logique que la filière de l'alcool souhaite vendre ses produits", mais insiste : "Les pouvoirs publics ont en charge l'intérêt général, c'est à l'Elysée que cela se décide". Bernard Jomier ajoute que les acteurs de la prévention, les fédérations et associations, n'ont pas été concertés pour réaliser cette campagne.

Enfin, le sénateur et médecin rappelle ces chiffres : l'alcool est l'une des trois premières causes de mortalité en France, avec le tabagisme et la pollution de l'air. "En découplant la consommation d'alcool de ses problèmes, on la banalise et on l'encourage."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.