Viande cancérogène : ces pays qui voient rouge après les avertissements de l'OMS

En Bolivie, en Allemagne et en Autriche, les ministres ont défendu la gastronomie locale, vanté les mérites de leur viande et critiqué les conclusions de l'Organisation mondiale de la santé.

Le rayon viande d\'un supermarché à Paris, le 12 août 2015.
Le rayon viande d'un supermarché à Paris, le 12 août 2015. (GARO / PHANIE / AFP)
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Les révélations de l'Organisation mondiale de la santé sur les risques accrus d'avoir un cancer que courent les gros consommateurs de charcuterie et de viande rouge, lundi 26 octobre, n'ont pas fait plaisir à tout le monde. Les industriels de la viande ont critiqué l'étude, et des hashtags #JeSuisBacon et #FreeBacon ("Libérez le bacon") étaient parmi les plus utilisés sur Twitter lundi et mardi. En France, Stéphane Le Foll a appelé les amateurs de viande à ne pas céder à "la panique" : "On peut et on doit consommer de la viande, de manière raisonnable", a dit le ministre de l'Agriculture. Mais dans certains pays, les politiques en ont profité pour vanter les mérites de leurs filières locales.

La Bolivie propose de manger du lama

Face aux avertissements à propos de la viande rouge, le ministère de la Santé bolivien propose une alternative locale : "Nous avons de la bonne viande comme le lama", a expliqué une responsable, mardi. La Bolivie a fait la promotion d'une viande "qui contient un faible taux de graisse", même si elle rappelle qu'il vaut mieux, comme toutes les viandes, la consommer avec modération.

Plus connu pour sa laine, le lama est aussi utilisé depuis longtemps dans la gastronomie latino-américaine, et gagne en popularité dans les restaurants. Seul problème : pour l'OMS, la viande de lama est "probablement cancérogène" aussi. L'organisation onusienne définit la viande rouge comme "toute viande issue de tissus musculaires de mammifères". Le lama n'est pas inclus dans la liste de l'OMS, mais il s'agit bien d'un mammifère.

L'Autriche dit son amour de la charcuterie

"L'avertissement de l'OMS est une farce", a tranché le ministre autrichien de l'Agriculture, mardi, jugeant trop anxiogène de "placer le jambon sur le même plan que l'amiante". Il faut dire que son pays est le deuxième plus gros consommateur de viande rouge de l'Union européenne, derrière le voisin allemand.

Die WHO-Krebswarnung bei Fleisch und Wurst ist eine Farce! Schinken auf die selbe Stufe zu stellen wie Asbest ist hanebü...

Posted by Andrä Rupprechter on Tuesday, October 27, 2015

Pour rassurer ses administrés, Andrä Rupprechter s'est ainsi pris en photo, tout sourire, avec une impressionnante assiette de charcuterie. Il a ensuite posté l'image sur Facebook, concluant par ce message un poil chauvin : "Ça ne fait pas de doute pour moi : la saucisse d'Autriche est et demeure la meilleure. ;)"

L'Allemagne rassure ses amateurs de barbecue

S'il n'est sans doute pas d'accord sur la supériorité de la saucisse autrichienne, le ministre allemand de l'Alimentation, Christian Schmidt, a aussi cherché à rassurer les citoyens amateurs de charcuterie. "Personne ne doit avoir peur, quand il mange une saucisse grillée !", a-t-il lancé mardi. Faire griller sa saucisse pourrait pourtant être encore pire pour la santé, selon l'OMS, qui constate que la cuisson au barbecue ou à la poêle semble produire des quantités plus importantes de certaines substances cancérogènes.