Bébés nés sans bras : les cas enregistrés dans l'Ain exclus de la suite de l'enquête

Le comité d'experts scientifiques a rendu jeudi 11 juillet ses premières conclusions dans l'affaire des bébés nés sans bras . Les huit cas observés dans l'Ain ont été écartés de l'enquête. Les scientifiques recherchent une cause commune aux malformations.

FRANCE 3

Les premières conclusions du comité d'experts scientifiques dans l'affaire dite des bébés nés sans bras ont été présentées aux familles jeudi 11 juillet. Des réponses loin d'être à la hauteur pour les parents des enfants atteints de malformations. "Nous sommes contents que les investigations repartent sur le terrain, mais on n'a pas beaucoup de précisions sur ce qui va se passer. Ils ne nous ont pas précisé de pistes (...) on n'a pas beaucoup d'informations", détaille Samuel Bernard, père d'Aliénor.

15 cas détectés dans trois départements

L'affaire des bébés sans bras a touché 15 nourrissons dans trois départements français : quatre dans le Morbihan, trois dans la Loire-Atlantique et huit dans l'Ain. Ce dernier département pourtant le plus touché n'est pas retenu pour la suite de l'enquête. "C'était finalement que six cas sur une très longue période dans six communes différentes dont certaines, sont assez éloignées. Il n'y a donc pas de cluster dans l'Ain", détaille le Pr Alexandre Benachi, présidente du comité d'experts scientifiques. Pas de cluster signifie pas de nombre excessif de malformations. Une enquête de terrain devrait être lancée dans le Morbihan et en Loire-Atlantique. Les parents du département de l'Ain restent sans réponse.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le comité d\'experts scientifiques a rendu jeudi 11 juillet ses premières conclusions dans l\'affaire des bébés nés sans bras . Les huit cas observés dans l\'Ain ont été écartés de l\'enquête. Les scientifiques recherchent une cause commune aux malformations.
Le comité d'experts scientifiques a rendu jeudi 11 juillet ses premières conclusions dans l'affaire des bébés nés sans bras . Les huit cas observés dans l'Ain ont été écartés de l'enquête. Les scientifiques recherchent une cause commune aux malformations. (FRANCE 3)