"Bébés sans bras" : dans l'Ain, le cri de colère des familles de victimes

Le comité d'experts a décidé de mener des investigations complémentaires dans le Morbihan, mais pas dans l'Ain où plusieurs cas suspects ont pourtant été signalés.

FRANCE 2

Axelle Laissy et Christophe Aulen, parents d'un bébé né sans doigt à la main droite, se réveillent partagés entre incompréhension et colère, vendredi 12 juillet. Et pour cause, ils viennent d'apprendre que les autorités de santé viennent de stopper leurs investigations dans l'Ain, où plusieurs cas de malformations suspectes ont pourtant été signalés entre 2009 et 2015. Le couple garde la conviction que les malformations en séries signalées dans le périmètre sont liées à un facteur environnemental, comme l'exposition à une substance polluante ou à des pesticides.

L'enquête se poursuit dans le Morbihan

Mais au terme de leur enquête, vendredi 12 juillet, les autorités de santé affirment que le nombre de cas et l'étendue de la zone ne permettent pas de conclure à l'existence d'une région où le risque est anormal. En revanche, les enquêtes vont se poursuivre dès cet automne dans le Morbihan. Certains parents regrettent néanmoins qu'aucun prélèvement sur le terrain ne soit envisagé. Les investigations dureront encore plusieurs mois, sans certitude qu'une cause soit un jour identifiée.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un bébé prématuré dormant dans un incubateur dans le service de néonatologie de l\'hôpital d\'Aix-en-Provence, le 6 octobre 2018.
Un bébé prématuré dormant dans un incubateur dans le service de néonatologie de l'hôpital d'Aix-en-Provence, le 6 octobre 2018. (CALMETTES / BSIP / AFP)