L'Agence de sécurité sanitaire préconise de réduire "en urgence" la consommation de sucres chez les enfants

En France, 75% des enfants de 4 à 7 ans et 60% des 8-12 ans ont des apports excessifs en sucres, prévient l'Anses mardi. 

Selon l\'Anses, préparer des aliments \"faits maison\" peut aussi faciliter la réduction des sucres consommés par les enfants.
Selon l'Anses, préparer des aliments "faits maison" peut aussi faciliter la réduction des sucres consommés par les enfants. (ANNE-SOPHIE BOST / AFP)

Le constat est alarmant. Dans son avis sur les repères nutritionnels des enfants de 4 à 17 ans publié mardi 25 juin, l'Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) constate que la majorité d'entre eux consomment trop de sucres. La situation est particulièrement préoccupante chez les plus jeunes : 75% des 4-7 ans ont des apports excessifs en sucres, ainsi que 60 % des 8-12 ans et 25 % des 13-17 ans. L'Anses "appelle les pouvoirs publics à mettre d’urgence en place des mesures afin de réduire les risques encourus" par ces excès de sucres dans l'alimentation des plus petits.

>> Moins de sucres pour les enfants, davantage de sport pour les seniors... Voici les nouvelles recommandations des autorités pour votre alimentation

Pour réduire la consommation de sucres des enfants, l'agence sanitaire identifie deux leviers. D'abord, l'Anses conseille de limiter les boissons sucrées, y compris les jus de fruit. Leur consommation doit être occasionnelle, et en deçà  d'un verre par jour.

Au goûter, mieux vaut un fruit que des biscuits 

Ensuite, l'Anses pointe du doigt les biscuits, gâteaux et pâtisseries fréquemment proposés aux enfants pour leur goûter. Non seulement ils sont très sucrés, mais n'apportent pas assez de nutriments et de vitamines aux enfants. L'Anses préconise de les substituer par des fruits, des produits laitiers sans sucres ajoutés ou des fruits à coque.  

Selon l'Anses, préparer des aliments "faits maison" peut aussi faciliter la réduction des sucres dans le plat des enfants. D'abord parce que les industriels ne sont pas obligés de mentionner les sucres ajoutés dans la déclaration nutritionnelle des aliments qu'ils vendent, ce qui rend les sucres ajoutés difficilement identifiables. Rien de tel que de cuisiner soi-même pour se rendre compte des quantités de sucres consommées.