"Calorique", "délétère sur la santé" : un nutritionniste veut apposer un logo sur les bouteilles d'alcool pour mettre en garde les consommateurs

Le nutritionniste Serge Hercberg propose qu'un système d'étiquetage semblable au Nutri-Score, dont il est à l'origine, soit appliqué aux boissons alcoolisées pour informer les consommateurs sur leur valeur nutritionnelle. 

Le nutritionniste Serge Hercberg propose d\'apposer un logo sur les bouteilles d\'alcool pour informer les consommateurs sur leur valeur nutritionnelle. 
Le nutritionniste Serge Hercberg propose d'apposer un logo sur les bouteilles d'alcool pour informer les consommateurs sur leur valeur nutritionnelle.  (ZERO CREATIVES / IMAGE SOURCE / AFP)

Observez une bouteille de vin. Sur l'étiquette, vous y trouverez le nom de l'embouteilleur, le taux d'alcool ou encore un petit logo déconseillant la consommation pour les femmes enceintes. Mais pas d'autre message sanitaire majeur et aucune donnée nutritionnelle, si ce n'est la présence de sulfites au-delà d'un certain seuil.

>> ENQUETE FRANCEINFO. Additifs, pesticides... Le vin que vous buvez ne contient pas que du raisin

Une information pas assez transparente au goût du nutritionniste Serge Hercberg, créateur du Nutri-Score, un système à cinq couleurs dont le but est d'informer les consommateurs sur la valeur nutritionnelle des aliments, classés de A – la meilleure qualité nutritionnelle – à E – la plus mauvaise. "Il n'est pas normal que les boissons alcoolisées [y] échappent", a écrit sur Twitter, mercredi 19 décembre, le chercheur à l'Inserm. Il préconise d'adapter la signalétique du Nutri-Score, en y ajoutant une pastille noire avec la lettre "F", qui serait "exclusivement réservée à l'étiquetage des boissons alcoolisées". Il explique à franceinfo les raisons de cette proposition.

Franceinfo : Pourquoi vouloir instaurer un Nutri-Score, avec une pastille noire, sur toutes les boissons alcoolisées ?

Serge Hercberg : Parce que c'est un élément de plus pour le consommateur. Vous voulez savoir pourquoi les industriels, dans le monde de l'alcool, refusent aujourd'hui d'appliquer un étiquetage sur ce que contient la boisson, en termes de calories et de nombre de grammes d'alcool pur ? C'est parce qu'ils savent que même si on est conscient qu'un produit n'est pas bon, le fait d'avoir une étiquette de rappel au moment de l'achat a un véritable impact sur le choix des consommateurs.

Il ne s'agit pas d'interdire l'alcool. Mais cette pastille noire "F", c'est un rappel qu'il faut limiter sa consommation, en termes de quantité et de fréquence.Serge Hercberg, médecin chercheur en épidémiologie et nutritionà franceinfo

C'est un moyen d'être beaucoup plus direct pour faire prendre conscience aux consommateurs que l'alcool est calorique, qu'il contient par la quantité d'alcool quelque chose qui est délétère sur la santé. Et donc qu'il faut, là encore sans prohibition, être attentif et ne pas céder au marketing qui vise aujourd'hui à promouvoir la consommation, notamment par les jeunes et les femmes.

Mais pourquoi vouloir attribuer la note "F" à toutes les boissons alcoolisées ? Cela veut-il dire qu'elles se valent toutes ?

Il n'y a pas de différence pour toutes les boissons qui contiennent de l'alcool. Au-delà du problème des calories, la présence d'alcool fait que les boissons alcoolisées, du vin à la bière, ramenées au verre, ont le même impact. Elles en contiennent à peu près toutes la même quantité.

N'existe-t-il pas déjà des campagnes de sensibilisation sur la consommation d'alcool ? En quoi cette pastille ajoute quelque chose ?

Il y a relativement peu de choses aujourd'hui. Au contraire, on est dans une phase où l'on voit la loi Evin [sur la lutte contre le tabagisme et l'alcoolisme] se faire détricoter, les lobbies étant extrêmement puissants au niveau du Parlement et du gouvernement.

En plus, ce que l'on entend souvent, c'est que l'abus d'alcool est dangereux pour la santé. Ce n'est pas seulement l'abus. Nous, scientifiques, on veut que l'on dise : "L'alcool est dangereux pour la santé." Le risque commence avec de petites quantités. On sait que les risques de cancer, notamment du sein chez les femmes, c'est à partir d'un verre par jour. Il y a des recommandations aujourd'hui qui sont de ne pas dépasser 10 verres d'alcool, tout type d'alcool confondu, par semaine.

Il est nécessaire qu'il y ait des actions fortes, éducatives, pour les consommateurs. Les efforts effectués – pour demander aux industriels de les informer sur l'alcool, les calories et le sucre – n'ont pas été suivis [d'effets]. C'est pourquoi on s'est dit : "Utilisons un symbole peut-être plus agressif, plus fort et plus direct" pour le consommateur, en s'appuyant sur le Nutri-Score. 

C'est comme les avertissements sanitaires que l'on voit sur les paquets de tabac. Le fait d'avoir une information visible sur les produits touche beaucoup plus que les simples campagnes de sensibilisation.Serge Hercberg, médecin chercheur en épidémiologie et nutritionà franceinfo

Le Nutri-Score, facultatif sur les aliments, a été combattu par l'industrie agroalimentaire. N'allez-vous pas rencontrer des difficultés à mettre en place cette pastille noire ?

Bien sûr, on se doute qu'il y en aura beaucoup. Avec mes collègues, nous lançons l'idée. Pour le reste, c'est aux politiques, au ministère de la Santé et au législateur de prendre en considération cette proposition et d'éventuellement la traduire dans la loi.

Mais l'idée est de mettre ce problème d'étiquetage dans le débat public. Après, si les industriels ne veulent pas mettre la pastille noire "F", à ce moment-là qu'ils soient obligés de mettre au moins une information claire sur ce qui est contenu dans le produit alcoolisé en termes de calories, de sucre et de quantité d'alcool pur en gramme. Ce logo "F" est aussi un moyen de leur rappeler qu'ils ont des responsabilités en termes de transparence.