Alimentation : on vous explique pourquoi les députés veulent réduire de 338 à 48 le nombre d'additifs dans nos aliments

Le rapport sur l'alimentation industrielle, rendu mercredi, vise à interdire, à terme, tous les additifs, excepté ceux qui sont autorisés dans l'alimentation bio. 

Un supermarché à Paris, le 21 novembre 2017. 
Un supermarché à Paris, le 21 novembre 2017.  (GARO / PHANIE / AFP)

Le rapport parlementaire sur l'alimentation industrielle, présenté mercredi 26 septembre à l'Assemblée nationale, entend réduire strictement le nombre d'additifs autorisés dans les aliments transformés et ultratransformés. Selon les recommandations du rapport, il ne devrait plus y avoir, d'ici 2025, que 48 additifs autorisés, dont seulement quatre d'origine chimique, contre 338 autorisés aujourd'hui.

Ces additifs devraient aussi être utilisés de manière limitée, c'est-à-dire un seul colorant, un seul conservateur et un seul exhausteur de goût dans un même produit transformé. Les industriels devront également réduire la teneur en contaminants et résidus dans les aliments et dans les emballages. Franceinfo décortique cette proposition. 

C'est quoi, les additifs ?

Les additifs alimentaires sont des substances ajoutées intentionnellement aux aliments pour exercer certaines fonctions technologiques spécifiques. Il en existe cinq grandes catégories : les colorants, les édulcorants, qui donnent une saveur sucrée, les conservateurs, les antioxydants et les agents de texture (comme les émulsifiants, les gélifiants ou les épaississants), qui améliorent la présentation et la tenue des aliments. 

Leur présence dans les produits alimentaires doit obligatoirement être indiquée sur les étiquettes des produits concernés, et les substances sont surveillées pour prévenir tout effet néfaste sur la santé. 

Quels sont les additifs autorisés aujourd'hui ? 

En Europe, pour être autorisé, un additif doit avoir fait l'objet d'un avis positif de l'Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa). Actuellement, c'est le cas de 338 additifs. 

Mais les évaluations sur l'innocuité de certains additifs datent des années 1980 et 1990, voire des années 1970. L'Efsa est donc chargée, d'ici 2020, de procéder à une réévaluation de tous les additifs autorisés dans l'UE avant le 20 janvier 2009. 

Pourquoi les additifs sont-ils dans la ligne de mire des parlementaires ? 

"Il y a des études sur des animaux qui ont suggéré les effets néfastes de certains additifs", explique à franceinfo Mathilde Touvier, chercheuse en épidémiologie nutritionnelle à l'Inserm, "et qui ont tiré la sonnette d'alarme sur le dioxyde de titane, sur certains émulsifiants et certains colorants comme le BHA ou le BHT." Il y a donc de sérieux doutes sur l'innocuité de certains additifs, mais ceux-ci n'ont pas été interdits par l'Efsa car "il n'y a pas eu d'étude qui quantifie correctement le niveau d'exposition des consommateurs aux additifs et leur incidence sur les maladies chroniques", poursuit Mathilde Touvier, pour qui la conclusion du rapport parlementaire correspond au principe de précaution. 

Les chercheurs auditionnés par la commission ont aussi rendu les parlementaires attentifs au risque de "l'effet cocktail" qui pourrait être provoqué par la présence de plusieurs additifs dans un même aliment. "Un additif ou un ingrédient peut être qualifié d'inoffensif en tant que tel, mais on connaît mal les 'effets cocktail' de nombreux mélanges incorporés à des préparations culinaires industrielles. Ainsi, il nous a été rapporté que certaines pizzas industrielles pouvaient incorporer jusqu'à 30 additifs alors que pour d'autres, on n'en relevait que quatre !" a relaté Loïc Prud'homme, président de cette commission, lors d'une séance en juillet dernier. 

Les chercheurs ont aussi expliqué aux parlementaires les risques des interactions entre certains additifs et des produits chimiques contenus dans les emballages des aliments. Si cette question est peu étudiée et réglementée, c'est en partie parce que la réglementation des produits chimiques relève de l'Agence européenne des produits chimiques (Echa) et celle des additifs, de l'Efsa. 

Peut-on se passer de tous ces additifs ? 

Les 48 additifs que les auteurs du rapport souhaitent voir comme les seuls autorisés d'ici 2025 sont ceux aujourd'hui autorisés dans l'alimentation biologique. Mais le secteur de l'alimentation industrielle non bio sera-t-il capable de s'aligner si rapidement sur ces règles ? "On sera incapables d'appliquer cette règle des 50 additifs dans les quelques années qui viennent, c'est un chantier de longue haleine", a prévenu mercredi sur franceinfo Richard Girardot, patron de Nestlé France et président de l’Association nationale des industries alimentaires (Ania).

Il a estimé que la baisse du nombre de conservateurs aurait des conséquences : "Il ne faut pas non plus demander aux produits qu'on va commercialiser d'avoir des durées de vie aussi longues. On va retravailler les recettes, mais il y aura des contraintes à la clé pour le consommateur." 

Les 48 additifs restants sont-ils sans danger ? 

"Même dans le bio, nombre d'additifs aux effets controversés pour la santé sont autorisés, tels que le nitrite de sodium ou les carraghénanes, que l'on retrouve dans le jambon bio, par exemple. Réduire, c'est bien. Mais il faut carrément éliminer tous ces additifs controversés pour la santé, sans tergiverser", a réagi Karine Jacquemart, directrice de l'association de consommateurs Foodwatch, auprès de franceinfo.

En l'occurrence, Le Nouveau Guide des additifs, d'Anne-Laure Denans (éd. Thierry Souccar, 2017) conseille d'éviter le plus souvent ou dans certaines conditions sept des additifs autorisés dans le bio. Pilotés par les réseaux mixtes technologiques (RMT), qui regroupent des chercheurs de différents organismes (l’Inra, l’Itap) mais aussi les représentants des entreprises bio, des programmes de recherche ont été mis en place pour trouver des remplaçants aux additifs pour la filière biologique… Et peut-être, un jour, pour l'intégralité de l'alimentation industrielle ?