Alimentation : des applications mobiles pour bien manger

De plus en plus d'applications mobiles permettent de décrypter les étiquettes des produits alimentaires lorsqu'on fait ses courses. France 2 a voulu les tester pour vérifier leur efficacité.

Voir la vidéo
FRANCE 2

Dans les placards de la cuisine, pas simple de se repérer dans la jungle des étiquettes nutritionnelles. Pour manger plus sainement, France 2 a essayé de s'y prendre autrement. Sur internet, des dizaines d'applications gratuites peuvent se révéler utiles. Sur l'une d'entre elles, un tableau indique pour chaque mois de l'année les fruits et légumes de la saison en cours, meilleurs pour l'environnement et pour ma santé.

Mais au supermarché, comment faire ? Ici, il y a plus de 20 000 produits alimentaires en rayons. L'application Yuka permet de scanner les codes-barres en quelques secondes afin de connaître la composition des produits. Trop de gras, de sel, de sucre ou d'additifs parfois nocifs : tout est mesuré. En fonction de ces critères, l'application met une note et me donne un feu vert, orange et même rouge, comme pour ce cordon bleu, noté seulement 18 sur 100. Il contient quatre additifs et beaucoup trop de sel. En France, près de six millions de consommateurs utilisent déjà cette application après seulement deux ans d'existence.

Attention aux critères de notation

Mais selon le nutritionniste Charles-Antoine Winter, ces applications nutritionnelles ont des limites. Dans son sac, un pain de mie, un dessert lacté et un jus d'orange, tous très bien notés par l'application, et pourtant. Le pain de mie contient par exemple de l'amidon, du sucre "caché" qui file directement dans le sang. Alors, comment aller plus loin qu'une simple mesure des ingrédients ? Sur cette autre application figure la notation Nova, une note entre 1 et 4 qui donne le taux de transformation du produit acheté. Pour le créateur de l'application, c'est justement cela qu'il faut savoir repérer. Dans ses dernières préconisations, le Programme national santé nutrition (PNNS) alerte sur ces aliments. 

Pour rassurer le client, cette enseigne a créé sa propre application nutritionnelle, censée identifier les substances controversées. Mais visiblement, il en manque quelques-unes dans leur liste : deux additifs, dont un classé nocif, le nitrite de sodium, identifié comme probablement cancérigène par le Centre international de recherche sur le cancer. Pour manger sainement, c'est finalement assez simple. Il faut bien choisir ses produits et bien connaître les applications utilisées.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un client de supermarché scanne un produit grâce à une application sur son smartphone.
Un client de supermarché scanne un produit grâce à une application sur son smartphone. (LP/OLIVIER ARANDEL / MAXPPP)