Cet article date de plus d'un an.

Affaires Buitoni et Kinder : Foodwatch France porte plainte contre Nestlé et Ferrero

Ces géants de l'agroalimentaire sont impliqués dans les contaminations à des bactéries liées à la consommation de chocolats Kinder (groupe Ferrero) et de pizzas surgelées Buitoni (Nestlé). L’ONG saisit la justice dans deux plaintes distinctes, que franceinfo a pu consulter.

Article rédigé par Stéphane Pair
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Les logos des deux géants de l'agroalimentaire Ferrero et Nestlé. (JEAN-LUC FLÉMAL / BELPRESS / LAURENT GILLIERON / EPA / KEYSTONE FILE / MAXPPP)

L'association Foodwatch France a annoncé, jeudi 19mai, le dépôt de deux plaintes à Paris après des contaminations à des bactéries liées à la consommation de chocolats Kinder, du groupe Ferrero, et de pizzas surgelées Buitoni, propriété de Nestlé. L'ONG porte une double plainte, déposées jeudi après-midi au pôle santé publique du parquet de Paris, qui visent pas moins de sept infractions.

>> Bactérie E.coli dans des pizzas Buitoni : "On espère de tout notre cœur la récupérer vivante", confie le papa d'une enfant malade

Pour Foodwatch, ces groupes agroalimentaires ont depuis le début de ces affaires minimisé les faits et manqué à leurs obligations vis-à-vis du consommateur. Selon l'ONG, Ferrero et Nestlé ont enfreint les réglementations françaises et européennes en négligeant les régles d’hygiènes avant et après le signalement des premiers cas, mais aussi en tardant dans leurs procédures de retrait et de rappel afin de trouver des façons de limiter le préjudice pour leurs marques.

Une des plaintes soutenue par les familles

L’ONG poursuit Nestlé et Buitoni pour notamment "mise en danger de la vie d’autrui", "tromperie aggravée", "atteintes involontaires à l’intégrité de la personne" mais aussi "exportation de produits mettant en jeu la santé".  La plainte visant Kinder est soutenue par deux familles. Celles des fillettes de 9 et 6 ans tombées malades après avoir mangé des œufs Kinder surprise fabriqués dans son usine d’Arlon en Belgique. Des intoxications à la salmonelle avec des conséquences graves pour ces enfants.

Si un juge d'instruction parisien est saisi depuis le 12 mai dans l’affaire des pizza Fraich'UP, qui a causé la mort de deux enfants, aucune enquête, concernant la marque Kinder et le groupe Ferrero, n’a été ouverte en France. C’est la Belgique qui s’est saisie du dossier.

Selon un dernier bilan de l'Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa) au 18 mai, 324 cas – 266 confirmés et 58 probables – de salmonellose ont été recensés dans treize pays européens dont le Royaume-Uni. Les enfants de moins de 10 ans sont les principales victimes de cette infection, mais aucun décès n'a été recensé à ce stade, selon l'Efsa.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.