Pizzas Buitoni contaminées par E. coli : les investigations confiées à un juge d'instruction

Seule la gamme Fraich'up de la marque est concernée par les investigations à ce stade.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Rappel de produits de la marque Buitoni, à Clermont-Ferrand, le 1er avril 2022. (THIERRY LINDAUER / MAXPPP)

Une information judiciaire a été ouverte, jeudi 12 mai, après que des enfants ont été intoxiqués en consommant des pizzas de la marque Buitoni, indique à franceinfo le parquet de Paris, confirmant une information de RMC. Les investigations sont donc désormais confiées à un juge d'instruction.

Cette information judiciaire est ouverte "des chefs d'homicide involontaire à l'égard d'une personne, blessures involontaires à l'égard de 14 personnes, tromperie sur une marchandise entraînant un danger pour la santé de homme ou de l'animal, exposition ou vente de produit alimentaire servant à l'alimentation falsifié ou corrompu et nuisible à la santé, mise sur le marché d'un produit dangereux pour la santé et mise en danger d'autrui".

"On ne va pas lâcher"

"C'est une véritable avancée, on s'étonnait qu'il n'y ait toujours rien depuis le début de l'enquête", confie à franceinfo, David Biehler, père de deux garçons contaminés par la bactérie E.Coli, après avoir mangé des pizzas Buitoni. Son aîné de 7 ans a été hospitalisé six jours, ses analyses de sang sont aujourd'hui toujours mauvaises. "On sait que nous sommes face à un géant de l'industrie agroalimentaire, admet David Biehler, toutes les familles sont conscientes que nous sommes partis pour un dossier qui va durer plusieurs années, mais, pour nos enfants, on ne va pas lâcher". "Nos enfants, eux aussi, ont un suivi sanitaire qui va durer plusieurs années, rappelle-t-il. Nous ne sommes pas à l'abri que des séquelles arrivent. Rien que pour ces raisons-là, il est hors de question qu'on lâche l'affaire", martèle le père de famille. 

Plusieurs familles ont porté plainte et ont constitué un collectif. Elles ont été en contact avec l'ARS et la Direction générale de la santé, pour les besoins de l'enquête sanitaire. "Mais il n'y a eu aucun contact avec d'autres autorités ni avec le ministère de la Santé", précise David Biehler.

"Outre la responsabilité de Buitoni, on s'interroge aussi sur les contrôles sanitaires de l'État. Est-ce qu'il y a eu des failles de ce côté-là aussi ?"

David Biehler, plaignant

à franceinfo

Seule la gamme Fraich'up de la marque est concernée à ce stade, précise le parquet. Il y a eu au total 75 cas d'intoxications recensées à la bactérie E. Coli, en grande majorité d'enfants, dont deux sont morts.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Alimentation

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.