Mediator : “Une peine dérisoire” contre Servier selon la lanceuse d’alerte Irène Frachon

Publié
Durée de la vidéo : 13 min.
itw frachon coubris
FRANCEINFO
Article rédigé par
P. Loison - franceinfo
France Télévisions

Les laboratoires Servier ont été condamnés à 2,7 millions d'euros d'amende dans l'affaire du Mediator. La lanceuse d’alerte Irène Frachon et l'avocat des victimes Jean-Christophe Coubris commentent le jugement lundi 29 mars sur franceinfo.

Les laboratoires Servier ont été condamnés dans l’affaire du Mediator à 2,7 millions d’euros d’amende, lundi 29 mars. La pneumologue Irène Frachon, la première à avoir dénoncé publiquement, il y a 14 ans, la dangerosité du médicament a rappelé sur franceinfo lundi soir que ce "médicament n’était pas un antidiabétique. C’était une amphétamine déguisée et présentée de façon fallacieuse comme une antidiabétique, c’est ça la pharmaco-délinquance".

Selon celle qui a donné d'alerte, la sanction pénale prononcée est très décevante à l’encontre de cette “pharmaco-délinquance”. “La délinquance est reconnue, le délit est désigné, la peine est dérisoire”, lance-t-elle. “Je reçois de multiples messages de victimes qui sont extrêmement déçues. Elle est en dissonance avec la gravité du délit, telle que l’a reconnu le tribunal. (...) Il y a des milliers de victimes, ça a duré des dizaines d’années, ce mensonge, mais vous pouvez rentrer chez vous”, déplore-t-elle.

"Ce jugement a un sens"

De son côté, l’avocat Jean-Christophe Coubris, auteur du livre Au nom de toutes les victimes et représentant de plus de 2 600 victimes lors du procès, estime que la compensation civile a du sens. “Pour la première fois, face à un scandale sanitaire, ce procès n’a pas abouti à des relaxes (...) Je considère que ce procès et ce jugement ont un sens, et envoient un message fort : on peut condamner un laboratoire pharmaceutique. Bien sûr qu’on ne le condamne pas suffisamment (...), mais je pense que le tribunal a davantage favorisé la sanction financière par les indemnisations qui ont été allouées à toutes les victimes exclusivement sur le préjudice moral”, explique-t-il. L’avocat estime que chaque victime qu’il représente devrait être indemnisée à hauteur de 45 000 euros. “C’est une décision extrêmement favorable pour les victimes”, conclut Me Coubris. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Affaire Mediator

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.