Cet article date de plus d'un an.

Washington direct. Et les vidéos truquées (re)font leur apparition

écouter (4min)

Un rendez-vous quotidien pour décrypter les dernieres infos et les coulisses de la campagne électorale américaine.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
La fausse vidéo montrant le candidat Joe Biden s'assoupissant pendant une interview. (CAPTURE D'ECRAN TWITTER)

Le ton se durcit considérablement entre le candidat démocrate et le président sortant. La preuve avec le discours lundi 31 août de Joe Biden. À presque deux mois de la présidentielle, tous les coups semblent permis. Jusqu’à l’utilisation de vidéos truquées ou mensongères.

On n’est pas dans ce qu’on appelle les deep fake, ces vidéos dans lesquelles, grâce à des images de synthèse on peut faire dire tout et n’importe quoi à une personnalité, mais on n’est quand même pas très loin de ça, avec en quelques heures trois exemples assez édifiants.
Le premier c’est une vidéo qui dure trois secondes, extrait du discours de Joe Biden, hier à Pittsburgh en Pennsylvanie où le candidat démocrate était venu parler sécurité. Et la campagne Trump diffuse donc un extrait dans lequel on fait dire au démocrate : "Vous ne serez pas en sécurité dans l’Amérique de Joe Biden". C’est un montage audio assez simple, mais vu en quelques heures plus de 700 000 fois.

Encore plus loin dans la manipulation 

Et c’est encore un peu plus gros, Dan Scavino, qui est conseiller à la Maison Blanche, et qui dirige les réseaux sociaux du président, a diffusé lundi 31 août une vidéo :  À l’image on voit Joe Biden invité d’une télévision locale, en duplex, il a les yeux fermés, et la présentatrice fait tout son possible pour le réveiller.
Il y a même les ronflements :

En fait la séquence a bien existé mais avec l’acteur Harry Belafonte il y a une dizaine d’années qui s’était endormi avant une interview. On a simplement remplacé le visage de Bellafonte par celui de Biden, les yeux fermés. Franchement, ça parait vrai : je vous rappelle que c’est quand même le conseiller réseaux sociaux du président qui publie ça, il est suivi par presque un million d’internautes sur Twitter. Harry Belafonte a confirmé que c’était lui sur la vidéo d’origine et appelé à voter le 3 novembre, contre des gens capables de tels mensonges. Il y a d’autres exemples ces derniers jours de vidéos truquées, relayées notamment par des caciques du parti Républicain, notamment celle d’un activiste atteint d’une maladie dégénarative, qu’on a vu pendant la convention démocrate, il s’appele Ady Barkan, et il ne peut s’exprimer qu’à travers la voix de synthèse d’un ordinateur. Cette vidéo, avec un simple montage audio, travestissait ses propos.
On est à 63 jours de ces élections présidentielles et parlementaires, et visiblement la campagne ne va pas toujours voler très haut.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.