Nouveau monde, France info

Nouveau monde. La députée Laure de la Raudière devrait être la future gendarme des télécoms

Elle a été choisie par l’Elysée pour succéder à Sébastien Soriano mais doit encore obtenir l'aval de l'Assemblée Nationale et du Sénat pour que cette nomiation soit effective.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
 Laure de la Raudière, députée d’Eure-et-Loir.
 Laure de la Raudière, députée d’Eure-et-Loir. (DAVID NIVIERE / AFP)

C’est une nomination qui ne passe pas inaperçue, alors que le déploiement de la 5G démarre en France.

Peu connue du grand public, l’Arcep (Autorité de régulation des communications électroniques, des postes et de la distribution de la presse) a cependant un rôle important. C’est elle qui a organisée la fin du monopole de France Télécom, l’arrivée des opérateurs privés de téléphonie mobile ou encore les enchères pour la 5G. Son président, Sébastien Soriano, arrive au bout de son mandat. Salué par tous, il devrait être remplacé par Laure de la Raudière, qui vient d’être choisie par l’Elysée (ce choix doit encore être validé par l’Assemblée Nationale et le Sénat).

Le choix de Laure de la Raudière est plutôt bien accueilli par les professionnels du secteur. La députée d’Eure-et-Loir est en effet une experte du numérique. Elle a développé une connaissance de ces questions plutôt rare chez les parlementaires, avec une approche axée notamment sur les territoires. Elle est évidemment favorable à la 5G et au très haut débit. Elle sera la première femme à la tête de l’Arcep. Elle a toutefois un profil plus politique que ses prédécesseurs, puisqu’elle a déjà une carrière en tant qu’élue, sous l’étiquette Agir, la Droite constructive.

Xavier Niel pas d’accord

Mais cette nomination ne plaît pas à Xavier Niel, le patron de Free. Il a dit lundi 4 janvier sur BFM Business qu’il trouvait que c’était un mauvais choix car Laure de La Raudière a travaillé, il y a 20 ans, chez l’opérateur Orange et aurait donc, selon lui, une approche favorable aux grands opérateurs traditionnels. Surtout, comme le rappelle Le Figaro, Xavier Niel a sans doute en travers de la gorge un rapport rédigé en 2013 par Laure de la Raudière et Corinne Erhel, dans lequel elle désapprouvait l’arrivée sur le marché d’un 4ème opérateur et en plus elle critiquait les pratiques de Free Mobile. Le patron de Free y est allé fort, déclarant que  "même Donald Trump" n’oserait pas une telle nomination.

Des critiques cependant balayées par ceux qui soutiennent cette nomination et qui rappellent que Laure de la Raudière est aussi une cheffe d’entreprise. En outre, elles est connue pour être une farouche défenseuse du principe de neutralité du net, c’est-à-dire l’égalité entre tous les types de contenus qui circulent sur internet, une valeur dont l’Arcep, s’est toujours montrée garante jusqu’à présent en France.

 Laure de la Raudière, députée d’Eure-et-Loir.
 Laure de la Raudière, députée d’Eure-et-Loir. (DAVID NIVIERE / AFP)