Nouveau monde, France info

Nouveau monde. Big data, matériaux perméables, maison flottante : des technologies anti-inondations

Les inondations, on ne peut pas toujours lutter contre, mais on peut de plus en plus les prévoir et estimer les dégâts à l’avance, grâce aux technologies.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Le village de Villemoustaussou (Aude) inondé, le 15 octobre 2018.
Le village de Villemoustaussou (Aude) inondé, le 15 octobre 2018. (PASCAL PAVANI / AFP)

Au moins 13 personnes sont mortes dans l'Aude, à cause des violentes pluies qui se sont abattues dans la nuit du dimanche 14 octobre à lundi.

La lutte contre les conséquences des inondations passe notamment par le big data, les données massives. C’est le travail, notamment de la société Prédict Services, installée dans l’Hérault, qui est devenu le leader mondial de la prévention des risques hydrométéorologiques. Des radars météo permettent de connaître toutes les cinq minutes le niveau de pluies par kilomètre carré sur l'ensemble du territoire. Ensuite, cette masse de données est croisée avec les prévisions météo, les éléments du relief ou encore les niveaux des cours d’eau. À l’arrivée, cela permet notamment à Predict Services de simuler en 3D les zones de débordement potentiel et de calculer combien de bâtiments risquent d’être inondés dans une commune. Pour les particuliers, Predict Services propose un fil Twitter et une application mobile.

Du béton perméable

Une fois que l’eau est là, il faut l’évacuer. C’est ce que permet notamment le béton ultra-drainant baptisé: "hydromédia" mis au point par Lafarge. Grâce à une sorte de matériau à gros maillage, il peut absorber les eaux de pluie quasiment au même rythme qu’un sol naturel (jusqu’à 50L / m2 / seconde).
Un laboratoire de Caen a également inventé des pavés perméables à base de coquillages concassés. Ces revêtements visent à développer la résilience des villes face aux inondations. Des municipalités commencent à utiliser ces matériaux perméables.

Maison flottante

C’est une innovation britannique testée notamment au bord de la Tamise : des maisons amphibies posées sur des sortes de bacs au lieu d'être creusées dans le sol. En cas de crue du fleuve, le bac se remplit et fait monter la maison qui flotte alors comme un bateau au lieu d’être inondée. Sinon, il y a aussi la maison flottante que l’on pose sur un cours d’eau, ou la péniche.

Le village de Villemoustaussou (Aude) inondé, le 15 octobre 2018.
Le village de Villemoustaussou (Aude) inondé, le 15 octobre 2018. (PASCAL PAVANI / AFP)