Le vrai du faux, France info

VRAI OU FAKE Non, le président d'Haïti n'a pas été tué par l'OMS parce qu'il refusait de vacciner sa population contre le Covid-19

La mort de Jovenel Moïse fait l'objet de théories du complot partagées sur les réseaux sociaux. Des internautes prétendent qu'il aurait été tué car il refusait de vacciner sa population. C'est faux. 

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Le président d\'Haïti, Jovenel Moise, au palais présidentiel, lors d\'une interview à Port-au-Prince, le 22 octobre 2019.
Le président d'Haïti, Jovenel Moise, au palais présidentiel, lors d'une interview à Port-au-Prince, le 22 octobre 2019. (VALERIE BAERISWYL / AFP)

L'enquête se poursuit après l'assassinat du président d'Haïti, Jovenel Moïse. Pourtant, des internautes pensent avoir d'ores et déjà trouvé les coupables. Plusieurs messages partagés sur les réseaux sociaux prétendent que Jovenel Moïse a été tué car il refusait de faire vacciner son peuple contre le Covid-19. Ils citent également d'autres présidents morts alors qu'ils étaient opposés au vaccin et pensent qu'il ne peut pas s'agir d'une "coïncidence". Le président d'Haïti avait pourtant accepté de faire vacciner la population. Les autres présidents cités n'ont, quant à eux, pas été assassinés.

CAPTURE D\'ECRAN TWITTER
CAPTURE D'ECRAN TWITTER (CAPTURE D'ECRAN TWITTER)

CAPTURE D\'ECRAN TWITTER
CAPTURE D'ECRAN TWITTER (CAPTURE D'ECRAN TWITTER)

CAPTURE D\'ECRAN TWITTER
CAPTURE D'ECRAN TWITTER (CAPTURE D'ECRAN TWITTER)

Des vaccins commandés par Haïti

Haïti, comme la Tanzanie, le Burundi, l'Erythrée et la Corée du Nord, fait partie des cinq pays membres de l'OMS à ne pas encore avoir démarré de campagne de vaccination. Mais le président haitien Jovenel Moïse avait bien commandé des vaccins. Le pays fait partie des Etats qui bénéficient du dispositif Covax, le programme de l'Organisation mondiale pour la santé (OMS) permettant de fournir des vaccins aux pays les plus pauvres.

Il est vrai que le président d'Haiti a tardé à passer commande. Selon plusieurs médias, le gouvernement haïtien ne souhaitait pas de doses d'AstraZeneca, mais préférait le vaccin d'un autre laboratoire. Devant l'aggravation de la situation à Haïti, le pays a finalement annoncé être dans l'attente de 130 000 doses d'AstraZeneca pour le mois de juillet. Fin juin, le gouvernement haïtien a même autorisé le secteur privé à importer des vaccins en Haïti. On ne peut donc pas dire que le président Jovenel Moïse ne voulait pas vacciner sa population.

Les présidents de Tanzanie et du Burundi n'ont pas été assassinés

Le président du Burundi Pierre Nkurunziza est bien mort, mais il n'a pas été assassiné. Officiellement, il est décédé d'un arrêt un cardiaque. Et surtout, c'était en juin 2020, alors qu'aucun vaccin n'était encore disponible. Il n'avait donc pas encore eu le temps de s'opposer à la vaccination pour son peuple.

Le président de la Tanzanie John Magufuli, quant à lui, est décédé en mars 2021 des suites de problèmes cardiaques selon son entourage. Son principal opposant avait toutefois affirmé qu'il était mort du Covid, sans que cela n'ait jamais été prouvé. Le président de la Tanzanie était, il est vrai, très sceptique sur le Covid. Avant de mourir, il prétendait que le pays était libéré du virus grâce à la prière. Pour autant, son pays n'a jamais accusé l'OMS de sa mort.

Le président d\'Haïti, Jovenel Moise, au palais présidentiel, lors d\'une interview à Port-au-Prince, le 22 octobre 2019.
Le président d'Haïti, Jovenel Moise, au palais présidentiel, lors d'une interview à Port-au-Prince, le 22 octobre 2019. (VALERIE BAERISWYL / AFP)