Le vrai du faux, France info

VRAI OU FAKE Municipales : Jean-Marie Bigard a-t-il raison de dénoncer le manque de légitimité électorale d’Anne Hidalgo ?

Dans une vidéo, l’humoriste Jean-Marie Bigard avance que le mode de scrutin à Paris, Lyon et Marseille est antidémocratique et qu’Anne Hidalgo a été élue avec 8% des voix.

Jean-Marie Bigard dans une vidéo sous l\'étiquette de \"Libérons Paris\", liste de Marcel Campion aux municipales de 2020.
Jean-Marie Bigard dans une vidéo sous l'étiquette de "Libérons Paris", liste de Marcel Campion aux municipales de 2020. (CAPTURE D'ÉCRAN YOUTUBE)

La maire de Paris Anne Hidalgo a-t-elle été élue avec 8% des voix en 2014 ? Jean-Marie Bigard l’affirme dans une vidéo datée du 12 novembre publiée sur le site de campagne “Libérons Paris”, liste des municipales menée par Marcel Campion.

L’humoriste, présent sur la liste du forain, déclare notamment : “Je découvre que le maire de Paris n’est pas élu par les Parisiens. (...) J’ai rédigé une pétition que vous allez devoir signer obligatoirement puisque le peuple n’est pas représenté dans ces trois grandes villes [Paris, Lyon, Marseille]. On n’est pas maire de Paris avec 8% on est maire de Paris avec 51% : ça, ça s’appelle de la démocratie, le reste c’est de la dictature.” Contrairement à ce qu’il affirme, les maires sont toujours élus au suffrage universel indirect en France. La Cellule Vrai du Faux vous l'explique.

Anne Hidalgo, "maire de Paris avec 8 % des voix" ? C’est faux

Contrairement à ce qu’avance Jean-Marie Bigard, Anne Hidalgo a été élue maire de Paris en 2014 avec 53.33% des voix au Conseil de Paris, face à la liste du Modem et de l’UMP (Les Républicains aujourd’hui). Elle a reçu 91 votes sur 163, soit les voix du Parti socialiste, du Parti communiste et des Verts. Anne Hidalgo était tête de liste du groupe PS, qui a reçu 34% des voix au premier tour. C’est le groupe d’Europe Ecologie-Les Verts qui a lui reçu 8% des voix.

Dans la vidéo, Jean-Marie Bigard rappelle par ailleurs qu’Anne Hidalgo avait subi une défaite au sein du XVe arrondissement. C’est vrai, c’est au sein de ce conseil d’arrondissement qu’Anne Hidalgo a été battue, réunissant 37% des voix, contre 63% pour son adversaire UMP, Philippe Goujon.

Un suffrage "antidémocratique" ? C’est faux 

"Le maire de Paris n'est pas élu directement par les Parisiens." Ce qui, selon Jean-Marie Bigard, "empêcherait que le peuple soit représenté dans les trois plus grandes villes de France".

Or, en France, aucun maire n'est élu directement. Les électeurs ne votent pas pour leur maire, mais pour des conseillers municipaux. Ce sont ces élus au conseil municipal qui élisent dans un second temps le maire et ses adjoints. Et ce, dans toutes les villes de France. Ce suffrage indirect n’est pas spécifique aux villes de Paris, Marseille ou Lyon, et il est bien démocratique.

"Votre vote est nul" si vous habitez Paris, Lyon ou Marseille ? C’est faux 

Jean-Marie Bigard demande l’abrogation de la loi dite PLM, qui fixe le mode de scrutin des municipales à Paris, Lyon et Marseille. "Le peuple n'est pas représenté dans ces trois grandes villes, on demande juste au peuple de fermer sa gueule", déclare l'humoriste et désormais aspirant politique, qui affirme aux électeurs de ces métropoles que leur "vote est nul".

Cette loi PLM existe depuis 1982. Elle a pour conséquence que les élections fonctionnent à Paris, Lyon et Marseille par arrondissements, ou par secteur dans le cas de Marseille. Les électeurs élisent leurs conseillers d’arrondissement. Certains de ces représentants siègent ensuite au conseil de la ville. Leur nombre dépend du poids démographique de leur arrondissement. Ce sont ensuite ces conseillers qui votent au conseil municipal pour le maire de la ville (Paris, Lyon, ou Marseille). Si ce mode de scrutin, parfois comparé à celui de la présidentielle américaine, est souvent critiqué pour les problèmes de représentativité démocratique qu'il peut poser (un parti peut l'emporter s'il a raflé les arrondissements les plus peuplés, même si au total il n'a pas recueilli la majorité des voix), il est faux de dire que le vote des électeurs de ces villes est "nul".