Le vrai du faux. Un bistrot parisien facture-t-il vraiment "quatre Perrier et 16 glaçons pour 73 euros", comme le relaie Ségolène Royal ?

L'ancienne ministre a partagé un tweet qui affirme qu'"à Paris, certains bistrots facturent même les glaçons", photo à l'appui. Sauf qu'il s'agit d'un photomontage de 2019.
Article rédigé par franceinfo - Caroline Félix
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min
Ségolène Royal a retweeté un faux compte qui postait un photomontage, le 17 juillet 2023 (Capture d'écran Twitter Royal)

Ségolène Royal, ancienne ministre et future chroniqueuse de l'émission Touche pas à mon poste ! a relayé sur Twitter un message affirmant qu'"A Paris, certains bistrots facturent même les glaçons". On y voit un ticket de caisse d'un bistrot parisien qui fait payer 73 euros pour quatre Perrier et 16 glaçons.

>> VRAI OU FAKE : Ségolène Royal est-elle désormais antisystème ?

Celle qui a soutenu Jean-Luc Mélenchon à la présidentielle de 2022 commente en partageant : "C'est la faute de Jean-Luc Mélenchon ? La canicule, le réchauffement climatique et la facturation des glaçons, c'est lui !".

Ségolène Royal a retweeté un faux compte qui postait un photomontage, le 17 juillet 2023 (Capture d'écran Twitter Royal)

Sauf que l'image relayée par Ségolène Royal est retouchée pour faire croire à des prix stratosphériques, même pour Paris. La photo originale vient d'un tweet de 2019. C'est une journaliste qui a posté son ticket de caisse pour dénoncer le prix des rondelles de citron facturées 50 centimes. Sur sa note, l'eau gazeuse coûtait alors cinq euros et non 15, et les glaçons, eux, n'étaient pas facturés.

Un photomontage publié pour la première fois sur un site parodique en 2019

Pourtant, plusieurs indices peuvent laisser penser que l'image est retouchée. En regardant attentivement la photo, on voit que la partie retouchée n'a pas la même police ni la même définition que le reste du ticket de caisse. Par ailleurs, en consultant le fil Twitter du compte qui poste l'image, on s'aperçoit que c'est un faux, qui usurpe l'identité d'un autre. Il a d'ailleurs été supprimé depuis.

Pour aller plus loin et trouver qui est à l'origine de ce photomontage de ticket de caisse, il suffit d'effectuer une recherche d'images inversée, avec l'outil TinEye. Et on voit qu'il a été publié la première fois en 2019 par "SecretNews", un site d'information parodique dans un article titré "A Paris, certains bistrot facturent même le prix des glaçons".  

D'ailleurs, l'article en dessous du photomontage, raconte par exemple qu' "un bistrot a décidé de facturer le produit de vaisselle nécessaire pour laver les verres et l’usure des semelles du serveur", ce qui parait peu probable. Le code source de la page nous indique que l'article a été publié le 19 septembre 2019, soit trois jours après le tweet de la journaliste qui dénonçait la facturation du citron.

Plusieurs fausses images anciennes qui tournent pendant des années

Il y a quatre ans, cette fausse image de ticket de caisse avait déjà été très partagée sur les réseaux sociaux et prise au sérieux, à tort. Elle ressort en ce moment, puisqu'elle frappe et qu'elle est dans l'air du temps : c'est l'été, on va en terrasse pour boire un verre (avec des glaçons), on est en période d'inflation. Elle est donc davantage susceptible d'attirer du "clic". D'ailleurs le faux compte d'AlerteInfos l'a tweeté avec les hashtags "canicule" et "chaleur".

Dans d'autres registres, des photos impressionnantes ressortent régulièrement. Par exemple, l'explosion du port de Beyrouth au Liban en 2020 a été réutilisée notamment pour le tremblement de terre en Turquie. D'anciennes images sensationnelles d'incendies et d'inondations sont aussi republiées lors de catastrophes similaires.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.