VRAI OU FAKE Non, un bar ne facture pas quatre Perrier et 16 glaçons pour 72,80 euros

Une photo d’un ticket de caisse montrant le prix excessif d’un verre de Perrier et la facturation de glaçons circule sur les réseaux sociaux. C’est pourtant un montage.

Un homme avc son téléphone devant un verre d\'eau gazeuse avec du citron.
Un homme avc son téléphone devant un verre d'eau gazeuse avec du citron. (KATARINA SUNDELIN / MAXPPP)

Une photo circulant sur Twitter montre une addition de 72,80 euros pour quatre Perrier et seize glaçons. Partagée plus de 1 800 fois à l'heure où nous écrivons ces lignes, elle montre une hausse des prix démesurée mais aussi quelque chose de peu banal : la facturation de glaçons, à 80 centimes. Ce ticket de caisse n’existe pourtant pas. La cellule Vrai du Faux vous montre en quoi cette photo est un montage.

Une addition du 16 septembre 2019 détournée

L’image ne montre pas l’intégralité du ticket de caisse et donc ne permet pas de connaître ni la date du reçu, ni le nom de l’établissement qui l’a imprimé. Plusieurs internautes ont néanmoins remarqué la ressemblance de la photo avec une autre image partagée le 16 septembre 2019 par la journaliste Nora Hamadi.

En effet, on peut remarquer que les deux images sont prises sous le même angle et que le ticket a exactement la même position sur la table rouge. Si l’on superpose les deux photographies, l’image, détournée et rognée, s’intègre parfaitement à l’originale.

Un montage entre le ticket présenté dans le premier tweet et celui partagé par Nora Hamadi.
Un montage entre le ticket présenté dans le premier tweet et celui partagé par Nora Hamadi. (CAPTURE ECRAN)

En comparant les photos, on peut également noter que les deux additions possèdent le même numéro de ticket 2046007, censé être unique pour chaque reçu. Détail plus subtil, les impressions sur le verso du ticket, visibles en transparence, sont exactement au même endroit. La commande a, en réalité, été modifiée. Les cinq Perrier sont devenus quatre Perrier 12cl et les tranches de citrons ont été remplacées par des glaçons.

Les prix sont eux aussi faux. Le bar en question propose en réalité un Perrier à 5,50 euros, presque trois fois moins que ce que laisse entendre le montage photo. Dernier élément qui montre le détournement de cette photo : la contenance des bouteilles de Perrier. L’entreprise Perrier ne vend pas de bouteille de 12cl. La plus petite bouteille commercialisée est de 20cl. Les plus petits verres à eau dans un bar représentent quant à eux environ 20 à 25cl. À moins que l’établissement remplisse les verres seulement à moitié, il est peu probable de se faire facturer 12cl de Perrier.

La facturation des glaçons est fausse, mais rien ne l’interdit

Au-delà du tarif des boissons, c’est la facturation des glaçons qui a indigné beaucoup de personnes en voyant la photo détournée. Elle a été source de doute : est-ce vraiment légal de faire payer de simples glaçons ? Lors de la publication de l’image originale, le même débat s'était installé autour des tranches de citron. À l’époque, Le Parisien avait repris la photo et avait interrogé Maitre Guyomar, avocat spécialisé en droit commercial. Il expliquait que la pratique était possible : "Il n’est absolument pas illégal pour le commerçant d’inaugurer des suppléments facturés. Il fixe librement le prix des produits qu’il commercialise. Mais il a une obligation d’information vis-à-vis du consommateur." Ainsi, il est théoriquement possible de faire la même chose avec des glaçons, tant que cela est précisé aux clients.