"Régions", parce qu'elles sont le patrimoine culinaire de la France

La flamme olympique poursuit son tour de France. L’occasion pour Thierry Marx de parler de la richesse gastronomique de nos régions.
Article rédigé par Bernard Thomasson, Thierry Marx
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
La flamme olympique traverse toutes les régions, mettant en valeur leur patrimoine gastronomique : ici les vignobles de Saint-Émilion, près de Bordeaux. (GUILLAUME BONNAUD / MAXPPP)

Le mot à la bouche s'évade, cette semaine, dans la foulée de la flamme olympique vers les régions françaises. Le chef étoilé Thierry Marx a eu l’honneur d’allumer le chaudron à Bordeaux. Il en a ressenti une immense fierté.

"J'ai couru avec tous les relayeurs, c'était formidable. Et à l'instant précis d'allumer le chaudron, une forte émotion m'a envahi. On se demande d'abord : pourquoi moi ? Puis la passion du sport revient. En tenant la flamme du bout de mon bras droit, j'en ai ressenti tout le poids, et j'ai pensé fortement à tous les bénévoles, grâce à qui des jeunes gens peuvent pratiquer un sport."

Chaque région où passe la flamme possède une véritable fierté culinaire. C'est cela qui donne à la gastronomie française sa puissance et sa renommée. Notre cuisine est très enracinée, elle est dans la diversité et elle est identitaire : chaque ville, chaque pays local, peut revendiquer un mets, un produit, une référence gastronomique. 

Une diversité comme marqueur de notre identité

"À part quelques pays, comme l'Italie, note Thierry Marx, cette réalité est assez rare. Nous devons donc nous enorgueillir, en France, d'avoir une telle diversité de gastronomie, à la fois dans l'hexagone et dans les territoires ultramarins. Le produit est là, bien sûr, mais aussi le savoir-faire des hommes et des femmes. C'est ce qui les rassemble autour d'un fromage, d'une farine, d'un pain, d'une viande, bref autour d'une culture spécifique et emblématique."

Au-delà de nos frontières, une diaspora peut également se reconnaître en se disant "chez moi, il y a telle tourte, ou chez moi on trouve tel ragoût". Voilà un marqueur fort de nos traditions culinaires, dont on ne doit pas avoir peur, car elles sont un repère planétaire de notre identité, ajoute le chef étoilé.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.