Le monde de Marie, France info

Le monde de Marie. Au Japon, le "black face" très critiqué d'un comique à la télévision le soir du réveillon

Tous les jours, Marie Colmant revient sur un fait passé (presque) inaperçu. Jeudi, la polémique créée par un comique japonais à la télévision avec un maquillage noir et une perruque d'un goût douteux.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Le comédien américain Al Jolson dans \"The jazz singer\". Film de 1927.
Le comédien américain Al Jolson dans "The jazz singer". Film de 1927. (ULLSTEIN BILD DTL. / ULLSTEIN BILD)

Il y a quelques semaines, le footballeur français Antoine Griezmann se retrouvait au cœur d’une polémique à cause d’une photo de lui grimé en noir. Jeudi 11 janvier 2018, c’est une affaire du même type qui éclate au Japon.

Se grimer en noir cela s’appelle le "black face", cela remonte au fin fond de l’Amérique raciste, avant la première guerre mondiale : au temps du caf'conc et du cabaret blanc, interdits aux Noirs. Cela remonte à une époque où pour rire, parce qu'à l’époque on trouvait ça drôle, les Blancs se grimaient en Noirs pour les moquer, mais aussi et surtout pour leur voler leur répertoire de chansons, rendues ainsi acceptables puisqu’elles étaient interprétées par un artiste blanc grimé en noir. Depuis aux États-Unis, le "black face" est devenu un gros "non non".


Pas au Japon semblerait-il, où cette pratique ne suscitait aucune réaction jusqu’à ce 31 décembre 2017, où Masatoshi Hamada, l'un des plus grands comiques japonais qui anime traditionnellement le grand show télé du réveillon a pris l’étrange décision de se glisser dans la peau du "Flic de Beverly Hills", qui n’est autre qu'Eddie Murphy.

Humour d'un goût douteux

C’est donc vétu d’un blouson de football, d’une perruque crépue et d’un lourd maquillage qui semble avoir été posé à la truelle, que Masatoshi Hamada a accueilli ses invités le soir du réveillon. Mais ce soir-là, il a été regardé par un journaliste afro-américain installé au Japon depuis quelques années. Et le journaliste a bondi sur Twitter pour exprimer son dégoût et sa colère. L'incompréhension des Japonais a été totale. Ils rappellent qu’ils n’ont jamais fait de discrimination contre les Noirs et que s’ils font un "black face" ce n’est pas raciste.

Les propos ont été contredits par un historien spécialiste du Japon qui explique que les premières occurrences du "black face" au Japon remontent à 1850 et que cette pratique n’avait qu’un seul but alors, celle de se moquer des Noirs. Pour le moment, le comique ne s'est pas du tout excusé, la chaine de télé non plus qui est pourtant l’une des plus importantes du Japon.

Le comédien américain Al Jolson dans \"The jazz singer\". Film de 1927.
Le comédien américain Al Jolson dans "The jazz singer". Film de 1927. (ULLSTEIN BILD DTL. / ULLSTEIN BILD)