Patrick Pouyanné, patron de TotalEnergies, devrait toucher plus de dix millions d'euros de rémunération

écouter (3min)

Patrick Pouyanné, le patron de TotalEnergies est auditionné par l’Assemblée nationale jeudi 25 mai. L’occasion pour le dirigeant de revenir sur la polémique autour de son salaire.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Patrick Pouyanné, patron de TotalEnergies. (BERTRAND GUAY / AFP)

L’assemblée générale de TotalEnergies a lieu vendredi 26 mai. Grâce à l’explosion des prix du gaz et du pétrole, le groupe a enregistré l’an dernier des profits records ,près de 20 milliards d’euros. De fait, la rémunération de Patrick Pouyanné  promet de faire, une fois encore, débat.

Mercredi 25 mai dans une interview au magazine Challenges, l’intéressé reconnaît que sa rémunération pourrait dépasser les dix millions d’euros cette année. Il s’en explique : c’est un salaire très haut mais nettement moins que celui d’autres patrons en France – il ne cite pas de noms, mais par exemple Carlos Tavares, le PDG de Stellantis a empoché plus du double, 20 millions d’euros. Patrick Pouyanné souligne aussi que l'essentiel n’est pas du salaire fixe, mais est indexé sur la performance du groupe et peut donc varier en fonction des cours  Enfin, il se assure aussi et dit que ces superprofits ont largement été partagés avec les salariés ; en France ils ont eu 7,5% d’augmentation, sans compter que beaucoup ont des actions TotalEnergie et donc ont empoché des dividendes.   

TotalEnergie est aussi accusée de ne pas payer assez d’impôts mais comme de nombreux groupes du CAC, la firme estime qu’elle contribue largement à l’effort national. Alors que 90% de son chiffre d’affaires est réalisé à l’étranger, TotalEnergie a payé près de 300 millions d’euros d’impôts dans l’hexagone. Il faut y ajouter les taxes et les cotisations.  

Une AG tendue

L’assemblée générale risque d’être agitée notamment par des militants écologistes. Depuis longtemps, TotalEnergie est le symbole de l’entreprise polluante, mais les militants ont, en ce moment, en ligne de mire le mégaprojet pétrolier de TotalEnergie en Ouganda. Un oléoduc de plus 1 400 km qui traversera des zones naturelles, déplacera les populations, une véritable bombe climatique qui porte atteinte aux droits des populations. 

Une fois n’est pas coutume, dans Challenges, Patrick Pouyanné fait un mea culpa  et il se défend en disant que le groupe a revu sa copie. Si ce n’est pas TotalEnergie qui exploite ce pétrole, de toutes façons, d’autres le feront, des Chinois moins précautionneux de l’environnement. TotalEnergie fait d’énormes investissements dans le photovoltaïque, les renouvelables, etc.   Pas sûr que ces arguments soient suffisants. À la Défense, l’Assemblée générale se tiendra sous haute surveillance.  

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.