Le décryptage éco, France info

Le décryptage éco. Mobilisation contre la réforme des retraites : plus de trois millions d'euros dans les caisses de grève

Des cagnottes de soutien existent pour soutenir les grévistes. Exemple, la caisse de la CGT Info Com a recueilli plus de deux millions d'euros depuis le début du mouvement. Le décryptage de Fanny Guinochet ("L'Express").

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Une caisse de solidarité lors d\'une manifestation de soutien aux cheminots grèvistes à Montbéliard (Doubs), le 4 janvier 2020.
Une caisse de solidarité lors d'une manifestation de soutien aux cheminots grèvistes à Montbéliard (Doubs), le 4 janvier 2020. (MAXPPP)

Nouvelle journée d’action contre la réforme des retraites jeudi 9 janvier. Après des jours et des jours de mobilisation, c’est de plus en plus difficile financièrement pour les grévistes. Plusieurs cagnottes de soutien ont été créées. Peuvent-elles permettre de prolonger le mouvement ?

Les sommes récoltées via les caisses de grève sont loin d’être ridicules. Prenez juste la caisse lancée par la section CGT Info Com : depuis le jeudi 5 décembre, date de début du mouvement, elle a recueilli plus de deux millions d’euros. Cette caisse est la plus populaire, elle avait été créée en 2016, pour la mobilisation contre la loi El KhomriMais il y en a beaucoup d’autres. Nombreuses sont locales, par exemple pour aider les cheminots chalonnais, ceux de Montpellier. Il y en a aussi une qui a été mise en place par exemple spécifiquement pour les salariés de la ligne 12 du métro parisien, une autre pour les urgences de l’hôpital Cochin.

La liste est longue : on compte plus de 200 cagnottes en ligne consacrées à ce mouvement. Un site dédié les rassemble d’ailleurs et si vous y allez, vous verrez qu’au total, plus de 50 000 personnes ont déjà donné l'équivalent de 3 millions d'euros. Trois millions d’euros, c’est un joli pactole. Mais pour une mobilisation aussi longue, ça ne suffit pas à compenser les pertes de salaires.

L'argent est géré la plupart du temps par les syndicats 

En général ce sont les sections syndicales qui sont derrière ces caisses, qui les ont lancées, qui répartissent l’argent. La distribution se fait selon plusieurs critères : évidemment le nombre de grévistes, le niveau de salaire, la situation familiale du gréviste, cela dépend, il n’y a pas de règle écrite. Les syndicats nationaux interviennent aussi Force ouvrière verse par exemple une sorte d’indemnité par jour à ses adhérents, 12 euros par jour. Mais, c’est La CFDT qui est sûrement la plus prévoyante, puisqu’avec les cotisations de ses adhérents, elle alimente tout au long de l’année une caisse centralisée. Et elle dispose plus de 100 millions d'euros. Un trésor de guerre qui lui permet d’être généreuse avec ses militants puisque chaque gréviste touche 7,30 euros par heure pour les débrayages de plus de sept heures. Ça permet de tenir.

Des personnalités font des dons

L’apport financier aide, bien sûr, à poursuivre le mouvement encore un peu plus longtemps. Mais surtout, ce genre d’initiative fait aussi du buzz, c’est de l’influence, et c’est toujours utile pour donner un écho médiatique au conflit, et sensibiliser l’opinion publique.   

Une caisse de solidarité lors d\'une manifestation de soutien aux cheminots grèvistes à Montbéliard (Doubs), le 4 janvier 2020.
Une caisse de solidarité lors d'une manifestation de soutien aux cheminots grèvistes à Montbéliard (Doubs), le 4 janvier 2020. (MAXPPP)