Le décryptage éco, France info

Le décryptage éco. Assurance chômage : l'Unedic bien plus optimiste que prévu

C’est un virage à 180 degrés ! En février dernier, l’organisme qui gère l’assurance chômage prévoyait 200 000 emplois détruits cette année. L'Unedic vient de complètement revoir sa copie et table désormais sur 126 000 créations d’emplois.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Illustration.
Illustration. (VINCENT ISORE / MAXPPP)

L'Unédic a revue sa copie : il n'y aura pas finalement de destruction massive d'emplois mais au contraire, des créations en nombre. La volte-face de l'organisme qui gère l'assurance chômage s'explique par la reprise. Elle est là, et bien plus forte qu’espérée. L’Unédic anticipe un fort rebond de l’économie au deuxième semestre de cette année. L’organisme se cale aussi sur les prévisions de la Banque de France, qui en début de semaine, a revu à la hausse sa prévision de croissance à 5,7 %.

Tous les signaux sont donc au vert : depuis le déconfinement, la consommation bat des records, plusieurs secteurs de l’économie repartent, la restauration, le tourisme, l’aérien… Le moral des patrons retrouve des couleurs et beaucoup prévoient d’embaucher.

D’où ces prévisions positives de créations d’emplois : 126 000 cette année. Et les recrutements vont continuer dans les années à venir. L’Unédic parie sur la création de plus de 360 000 emplois en trois ans, de quoi presque faire oublier la crise.

Suffisant pour rééquilibrer les comptes ?

Non, et c’est même le contraire : la situation financière de l’assurance chômage va continuer à se dégrader. Pour la fin de cette année, selon l’Unedic, le déficit devrait atteindre 12 milliards d’euros, soit deux milliards de plus que prévu.

Car, même si la situation du marché du travail s’améliore, le système va continuer à financer le "quoi qu’il en coûte".  On l’oublie mais l’assurance chômage paie un tiers de l’activité partielle qui a largement été prolongée. Du coup, le trou se creuse, c’est mécanique.

Selon  l’Unédic, le retour dans le vert n’arrivera pas avant 2024. Et en attendant, pour pouvoir verser les allocations des chômeurs chaque mois et continuer à financer une partie de Pôle emploi, le régime va s’endetter encore un peu plus. Sa dette devrait atteindre 37 milliards d’euros cette fin d’année. Et frôler les 70 milliards d’euros dans deux ans. Un tel niveau, c’est du jamais vu !

La réforme de l’assurance chômage intégrée aux prévisions

Les prévisions intègrent les changements qui vont intervenir au 1er juillet prochain. La réforme va durcir les règles d’indemnisation des demandeurs d’emploi et permettre de faire des économies.

Très opposés, la majorité des syndicats a déposé un recours devant le Conseil d’État pour tenter d’en suspendre l’application. Ils attendent toujours la décision qui devrait être rendue très prochainement.

 

 

Illustration.
Illustration. (VINCENT ISORE / MAXPPP)