Le décryptage éco , France info

L'augmentation des salaires n’a jamais été aussi faible dans le monde depuis dix ans

La France n'échappe pas à cette tendance.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Les cotisations salariales ont disparu des bulletins de paie à partir du mois d\'octobre 2018.
Les cotisations salariales ont disparu des bulletins de paie à partir du mois d'octobre 2018. (MAXPPP)

En plein mouvement des "gilets jaunes", voilà une étude qui risque de jeter encore de l’huile sur le feu. Selon l’Organisation international du travail (OIT), depuis dix ans, les salaires augmentent peu voire pas dans tous les pays, malgré la reprise économique et la baisse du chômage. Pour réaliser son étude, l'OIT passe au crible chaque plus de 130 pays et sa conclusion est sans appel cette année.

Selon l'Organisation, on est passé de 2,4% de hausse des salaires en 2016, à 1,8% en 2017, soit le taux le plus bas depuis la crise de 2008. Et ça, c’est au niveau mondial ! Quand on regarde les pays développés, c’est encore pire. Les rémunérations ont carrément stagné. La France n’échappe pas à cette tendance, car en 2017, les salaires ont augmenté d'à peine 0,1%.

Plusieurs explications

L’organisation internationale du travail avance plusieurs explications face à cette situation. Parmi elles, il y a le ralentissement de la productivité, mais aussi une concurrence mondiale de plus en plus intense qui réduit les marges des entreprises. En cause aussi, un rapport de force de plus en plus défavorable pour les travailleurs, ils ont moins de pouvoir de négociation qu’avant.

Bien sûr, derrière ces données générales, il y a des secteurs qui s’en sortent mieux que d’autres. En France, par exemple, la plupart des salaires stagnent, mais si vous prenez l’informatique, le digital, où il y a de telles pénuries de main-d’œuvre, là au contraire, les salariés sont plutôt en position de force et les rémunérations augmentent.

Peu d'améliorations attendues

Cela ne va pas nous remonter le moral, mais il ne faut pas s’attendre à des améliorations. L'OIT n’est pas très optimiste pour 2018, la tendance devrait rester la même. L'Organisation met en garde d’ailleurs les dirigeants et les patrons : des salaires qui n’évoluent pas, c’est un obstacle à la croissance économique et à la hausse des niveaux de vie. C’est aussi un élément qui peut gravement affecter la cohésion sociale d’un pays et déclencher des mouvements sociaux. On le voit d’ailleurs, actuellement avec la "gilets jaunes", la question du pouvoir d’achat est très sensible.

En matière de justice sociale, l'OIT souligne aussi les inégalités entre les hommes et les femmes. L'Organisation a tenu à faire un focus particulier sur ce sujet cette année. Là aussi, il y a de quoi avoir le moral plombé, car, en moyenne, les femmes gagnent toujours 20% de moins que les hommes. La France fait un peu mieux que la moyenne des pays développés avec 13% d'écart. Les éléments d’explication sont toujours les mêmes : la maternité qui pénalise les femmes dans leurs carrières, les préjugés et des stéréotypes qui ont la vie dure.

Et puis, c’est terrible, mais l'OIT montre que le niveau de qualification finalement intervient peu. Dans les pays et les secteurs où les femmes sont plus éduquées et plus diplômées que les hommes, et bien, elles restent moins payées. Pour l'OIT, il s’agit là d’une des plus grandes manifestations d'injustice de notre époque… qui n’est pas sans risque sur la cohésion sociale !

Les cotisations salariales ont disparu des bulletins de paie à partir du mois d\'octobre 2018.
Les cotisations salariales ont disparu des bulletins de paie à partir du mois d'octobre 2018. (MAXPPP)