Cet article date de plus d'un an.

En 2023, allez-vous payer plus d'impôts ?

À quoi faut-il s’attendre pour 2023 en terme d’impots ? Le décryptage de Fanny Guinochet.

Article rédigé par France Info - Fanny Guinochet
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Un dossier d'impôts d'un particulier. (MARTIN ROCHE / OUEST-FRANCE / MAXPPP)

Le gouvernement répète qu’il n'augmentera pas les impôts. D’ailleurs, il adapte ses barèmes de l’impôt sur le revenu à l’inflation : il le revalorise de 5,4%. Les contribuables dont les revenus progressent moins vite que la hausse du coût de la vie devraient donc payer un peu moins d’impôts en 2023.

>> INFOGRAPHIES. Inflation : que faut-il attendre pour 2023 ?

Par ailleurs, cette année sonne le clap de fin pour la taxe d’habitation sur la résidence principale. Plus personne ne la paiera cette année, même pas les plus riches. En revanche, reste la taxe d’habitation sur la résidence secondaire. Et, si vous êtes propriétaires, attendez vous à des augmentations de la taxe foncière car les valeurs locatives cadastrales qui servent de base au calcul de la taxe foncière devraient suivre l’inflation. Cela dépend bien sûr des villes, mais on parle déjà de 50% d’augmentation à Paris et de 20% à Grenoble.  

Pas de baisse sur la TVA

Quant à la TVA, qui est de loin ce qui rapporte le plus à l’État, pas de changement à attendre de ce côté. Le gouvernement n’a pas prévu de baisser ou de supprimer la TVA sur les produits de première nécessité, comme vient de le faire l’Espagne, par exemple. Pas de baisse de taxes à attendre non plus sur les carburants dont les prix, avec la fin de la ristourne à la pompe, risquent d’augmenter  

Les entreprises vont bénéficier de quatre milliards d’euros d’impôts de production en moins notamment ce qu’on appelle, la CVAE, la Cotisation sur la valeur ajoutée des entreprise, qui va baisser cette année avant de disparaître en 2024. Toutes les sociétés, quelque soit leur santé financière ou leur taille, vont en profiter. Le gouvernement de changera pas de ligne non plus concernant un impôt sur les super-profits. Ce n’est pas prévu malgré les débats et polémiques suscités autour de ces prélèvements, Emmanuel Macron tient, en 2023, à maintenir sa politique pro-business.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.