Inflation : que faire pour éviter de subir une cascade de frais bancaires ?

écouter (3min)

La moitié des Français est à découvert au moins une fois par an, et un sur cinq l’est tous les mois selon l’étude annuelle du site Panorabanques de 2021. Nul doute que ce chiffre sera malheureusement plus élevé cette année avec la hausse générale des prix et des factures. 

Article rédigé par
Lionnel Maugain (60 millions de consommateurs) - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des frais bancaires sur un relevé de comptes. (PELAEZ JULIO / MAXPPP)

Premier conseil, alertez votre conseiller dès que vous vous trouvez en difficulté. Expliquez la situation et étudiez les solutions qu’il peut vous proposer. Vous pouvez par exemple lui demander d’augmenter le plafond de votre découvert autorisé pour limiter les frais de dépassement, comme la commission d’intervention de 8 euros à chaque paiement accordé au-delà du découvert autorisé.

Si vos difficultés financières sont persistantes, vous pouvez peut-être bénéficier du plafonnement des frais pour incidents de paiement à 25€ par mois. Depuis trois ans, les banques se sont engagées à appliquer cette limite pour leurs clients les plus “fragiles”. Les critères de fragilité varient selon les établissements. Mais n’hésitez pas interroger votre conseiller lors du rendez-vous. 

Deuxième solution, le prêt personnel. Même si les taux d’intérêt remontent, mieux vaut solliciter un crédit à la consommation à 3% en moyenne actuellement plutôt que de dépasser son autorisation de découvert. Les taux d’intérêt des découverts sont actuellement de 15 à 18% selon les banques. Lorsque vous le dépassez, vous payer non seulement une commission d’intervention, mais en plus les intérêts débiteurs peuvent grimper jusqu’à 20 %. 

On peut récupérer la maîtrise des paiements

En cas de solde débiteur, les banques facturent 20 euros chaque rejet de prélèvement. Pour tenter de les éviter, revoyez les dates de prélèvement si elles sont avant le virement de votre salaire, pension et allocation. N’hésitez pas non plus à négocier avec vos créanciers un échelonnement des factures d’énergie, d’internet, de téléphonie ou les impôts. 

Une dernière piste : négociez avec la banque un remboursement des frais. Une de nos enquêtes à 60 millions de consommateurs, révélait que 27% des clients dans le rouge obtiennent la restitution de tout ou partie des frais ponctionnés sur leur compte. Enfin, même en difficulté, on peut faire jouer la concurrence. Les banques en ligne ne facturent pas de commission d’intervention et affichent des taux d’agios bien moindres que leurs homologues traditionnelles.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.