Présidentielle 2022 : Valérie Pécresse axe sa campagne sur la sécurité et cherche à resserrer l'écart avec Emmanuel Macron

écouter (3min)

La candidate Les Républicains va reprendre les déplacements sur le terrain avec une stratégie en tête : montrer les limites actuelles de l'exécutif sur les thèmes régaliens.

Article rédigé par
Jean-Rémi Baudot - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Valérie Pecresse, présidente de la région Île-de-France et candidate du parti de droite Les Républicains (LR) à l'élection présidentielle, le 4 janvier 2022. (LUDOVIC MARIN / AFP)

La sécurité, plus que jamais un marqueur de droite. Et Valérie Pécresse veut en faire sa marque de fabrique. Après avoir dévoilé son QG et son équipe de campagne mardi 4 janvier, la candidate Les Républicains sera jeudi dans les Bouches-du-Rhône pour vanter ses propositions. Son crédo : plus de moyens pour les forces de l'ordre et la justice. "Il faut rompre avec dix ans de laxisme et de culture de l'excuse", écrit-elle dans son programme. Pour illustrer cette priorité, elle se rendra à Cavaillon et Salon de Provence, "des villes moyennes qui étaient paisibles mais qui souffrent de plus en plus de l'insécurité", selon l'un de ses conseillers.

Gagner des points face à Emmanuel Macron

Valérie Pécresse tente de resserrer son écart avec Emmanuel Macron. La candidate LR bénéficie encore de sa lancée du congrès Les Républicains, mais les récents sondages la placent toujours très loin derrière Emmanuel Macron. Elle est même plutôt au coude-à-coude avec Marine Le Pen, d'où cette stratégie de Valérie Pécresse d'installer un match. "Aujourd'hui il y a deux candidats de gouvernement : le président de la République et moi", a-t-elle martelé mardi soir sur le plateau de l'émission "C à Vous".

La candidate LR se place frontalement face à Emmanuel Macron et son déplacement jeudi va dans ce sens : montrer les limites de l'Elysée actuellement sur la sécurité. En privé récemment, un important ministre redoutait justement cette stratégie. "On est faible sur le régalien, confiait-il. C'est ce qui peut faire mal au président. Nos adversaires vont exploiter cette faiblesse." Clairement, on y est.

Pas de réponse efficace du camp Macron

Quelle riposte du camp Macron face à Valérie Pécresse ? C'est encore faible. Pour l'heure, la macronie n'a pas trouvé de réponse efficace. Bruno Le Maire, lui-même, affirme qu'il n'y a pas de différence entre Emmanuel Macron et Valérie Pécresse. C'est une ligne qui a été beaucoup utilisée pendant la primaire LR mais qui divise désormais autour du président de la République. "C'est le meilleur moyen de perdre les électeurs de droite", s'alarme un conseiller. La macronie tâtonne encore : actuellement, l'une des attaques se porte sur la proposition de Valérie Pécresse de réduire massivement le nombre de fonctionnaires, sans trop de succès.

Mais les petites phrases d'Emmanuel Macron sur les non-vaccinés dans Le Parisien rebattent peut-être les cartes. Les fameux électeurs de droite vont-ils goûter au retour des petites phrases méprisantes ? Un proche de Valérie Pécresse expliquait dès mardi soir : "Quelqu'un qui veut emmerder ses concitoyens n'est pas digne de la fonction présidentielle." L'incarnation est probablement le prochain argument de Valérie Pécresse.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.