Le brief politique, France info

INFO FRANCEINFO. La lettre confidentielle de Marine Le Pen aux préfets

Il y a quelques jours, Marine Le Pen a adressé un courrier à tous les préfets pour leur dire qu'elle s'opposait à la réforme de la haute fonction publique initiée par Emmanuel Macron. La lettre est restée confidentielle jusqu'à maintenant et franceinfo vous la révèle.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Marine Le Pen, présidente du Rassemblement national, prononce un discours lors d\'une cérémonie marquant le 76e anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale, le 8 mai 2021, à Henin-Beaumont (Pas-de-Calais).
Marine Le Pen, présidente du Rassemblement national, prononce un discours lors d'une cérémonie marquant le 76e anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale, le 8 mai 2021, à Henin-Beaumont (Pas-de-Calais). (FRANCOIS LO PRESTI / AFP)

La lettre de deux pages est datée du 10 mai. Elle a été envoyée à tous les préfets en poste territorial, après l'annonce par le Premier ministre de la suppression du corps préfectoral. Précision utile : appartenir à un corps, dans la fonction publique, c'est bénéficier à vie d'un statut et d'attributions, et s'inscrire dans une grille de salaire précise. Ça, Emmanuel Macron n'en veut plus. D'où la réforme annoncée par Jean Castex, qui prévoit notamment plus de diversité dans le recrutement, des parcours professionnels liés à la performance des préfets et non plus à leur statut.

"Défendre le corps préfectoral"

Ce chamboulement inédit depuis 1945 inquiète la haute administration. Marine Le Pen s'emploie donc à la rassurer, dans son courrier, en s'engageant à "combattre cette réforme" et à "défendre le corps préfectoral". Emmanuel Macron est lui accusé de vouloir déconstruire l'édifice administratif.

"Derrière pointe le risque d'une politisation des recrutements et des nominations", écrit Marine Le Pen, qui le soupçonne aussi de préparer "une privatisation rampante des fonctions publiques". Pour instruire ce procès, elle s'appuie sur le recours à des cabinets de conseil privés, notamment durant la crise sanitaire. "Je crois, pour ma part, au modèle administratif français", insiste la présidente du Rassemblement national, qui dit-elle "se donne comme priorité la restauration de l'autorité de l'État."

La lettre est signée de Marine Le Pen, députée du Pas-de-Calais. Mais c'est bien un propos de candidate à la présidentielle qui est tenu. Et l'exécutif ne s'y trompe pas : quatre jours après cette lettre, Jean Castex signait une tribune dans Le Figaro, se défendant de vouloir fragiliser, banaliser ou politiser la préfectorale, "comme certains se plaisent à le faire croire", écrivait-il, sans jamais citer Marine Le Pen.

Pour Marine Le Pen, il n'est nullement question de mêler les préfets "au débat politique"

Ce n'est pas la première fois que la candidate écrit aux préfets. En 2011, tout juste élue à la tête du Front National, celle qui se préparait à concourir à sa première présidentielle voulait rassurer en ces mots : "Les grands serviteurs de l'État n'ont aucune raison de redouter notre arrivée au pouvoir."

Ça ne s'était pas bien passé. Le président de l'Association du corps préfectoral lui avait répondu : "Nous n'avons pas à être pris en otage" dans une campagne électorale. Marine Le Pen a retenu la leçon. Cette fois, elle précise dans son courrier qu'il n'est nullement question de mêler les préfets "au débat politique". Au-delà des mots, l'initiative en elle-même participe d'une conviction de la candidate du RN : elle ne peut pas gagner sans normaliser sa relation à la fonction publique. Ne serait-ce que pour tordre le cou à l'idée d'une résistance, voire d'une fronde à venir de la structure d'Etat si elle était élue.

Après les militaires, les policiers, les préfets donc… Et ces deux figures mises en avant par son entourage. Yves Bonnet, préfet honoraire, ancien patron du contre-espionnage, candidat aux régionales en Normandie sous les couleurs du Rassemblement national. Et puis Christophe Bay, ancien préfet de Dordogne, pressenti pour diriger la campagne présidentielle de Marine Le Pen en 2022.

Marine Le Pen, présidente du Rassemblement national, prononce un discours lors d\'une cérémonie marquant le 76e anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale, le 8 mai 2021, à Henin-Beaumont (Pas-de-Calais).
Marine Le Pen, présidente du Rassemblement national, prononce un discours lors d'une cérémonie marquant le 76e anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale, le 8 mai 2021, à Henin-Beaumont (Pas-de-Calais). (FRANCOIS LO PRESTI / AFP)