Pouvoir d'achat : longtemps annoncé, bientôt un "chèque alimentation" si Emmanuel Macron est réélu ?

écouter (3min)

Si Emmanuel Macron est élu, le "chèque alimentation" sera mis en place très vite. C’est ce qu’a affirmé dimanche Julien Denormandie, le ministre de l’Agriculture. 

Article rédigé par
Fanny Guinochet - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des rayons d'alimentation dans un supermarché. (PATRICK LEFEVRE / MAXPPP)

Julien Denormandie, soutien du candidat Macron promet qu’enfin ce "chèque alimentation" verra le jour. Car en fait, ça fait longtemps que le président en parle. Emmanuel Macron avait même promis ce chèque alimentaire lors de la Convention citoyenne, il y a deux ans, et son principe a été votée dans la loi Climat et résilience de juillet 2021.

L’idée de ce chèque est de donner un coup de pouce financier aux familles modestes, aux étudiants, aux retraités qui ont du mal à se nourrir à un moment où les prix de l’alimentation flambent. Et c’est aussi leur permettre d’avoir accès à des produits locaux, des productions françaises, des circuits courts, et donc d’avoir une alimentation de meilleure qualité.

Le flou entoure ce chèque alimentation

Ce chèque n’existe pas encore parce que, visiblement, il n’est pas si simple à mettre en place. Jusqu’alors Bercy a toujours freiné des quatre fers. Et du coup, les modalités de ce chèque tardent à être précisées. Qui y aura droit ? Julien Denormandie assure que huit millions de français ont du mal à avoir accès aux productions locales. Mais qui, précisément, et sur quels critères de revenus ? Comment sera-t-il distribué aussi ? Bercy préconise de passer par les centres communaux d’action sociale (CCAS) pour le verser.

On ne connaît pas encore les produits qui seront réellement concernés. Il n'est pas simple de déterminer les aliments ou les familles d’aliments retenus. Enfin, quel sera le montant de ce chèque ? Pour l’instant, aucune indication n’a été donnée. Emmanuel Macron va devoir avancer et peut être donnera-t-il des indications mercredi 20 avril au moment du débat d'entre-deux-tours. Car ce chèque est présenté comme une mesure de soutien du pouvoir d’achat des ménages les plus modestes pour ceux qui subissent de plein fouet la hausse des prix de produits de première nécessité. En face, Marine Le Pen, elle, propose une TVA à zéro sur un panier de produits de base.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.