Après deux ans de pandémie, le commerce mondial du vin repart

écouter (3min)

L'allègement des conditions sanitaires redonne des couleurs au marché du vin : les exportations atteignent un niveau historique cette année. 

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Mise en bouteille au vignoble du Château Planères à Saint-Jean-Lasseille, le 21 février 2022.  (CLEMENTZ MICHEL / MAXPPP)

Bon cru pour 2021. Il faut dit que le millésime 2020 avait été largement frappé par la pandémie avec la fermeture des bars et restaurants. Il y avait eu aussi les taxes établies par Donald Trump sur les importations américaines. Tout cela est de l'ordre du souvenir et ce nouveau souffle est le bienvenu. C'est l'Espagne qui en profite le plus, suivi des vins et champagnes italiens et français. La valeur totale des exportations a atteint 34 milliards d'euros, en hausse de 16% par rapport à 2020 selon les chiffres de l'OIV, l'organisation internationale de la vigne et du vin.

L'organisation interprofessionnelle reste prudente sur ses perspectives pour cette année. La pandémie n'est pas terminée et renaît même dans certains pays clients comme la Chine, l'inflation pèse partout sur le pouvoir d'achat des consommateurs. Quant à la guerre menée à l'Ukraine par la Russie, elle fait flamber les prix mondiaux et perturbe les chaînes d'approvisionnement.

La France dans le trio de tête

Le secteur craint particulièrement le risque d'interruption dans la fourniture des intrants, les éléments qui entrent dans la production d'un bien, en l'occurrence les bouteilles en verre, les emballages en carton, les caisses en bois et les semi-conducteurs pour faire fonctionner les machines. Le secteur automobile n'est pas le seul touché par le manque de puces électroniques.

Le millésime 2021 a été désastreux pour beaucoup de producteurs. Par exemple, la production française a chuté de 20% l'année dernière à cause des gelées d'avril, des pluies de l'été et les épisodes de mildiou, la maladie qui a affecté les vignobles. Dans l'ordre, l'Italie, la France et l'Espagne conservent toutefois leur place dans le trio de tête. Les trois totalisent aujourd'hui 47% de la production mondiale de vin.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.