Le billet vert, France info

Le billet vert. Rentrée des classes : environnement, au tableau !

Le ministre de l'Éducation nationale Jean-Michel Blanquer a placé sa conférence de presse pour la rentrée scolaire sous le signe de l'environnement. Une façon de verdir ses annonces autour de projets pédagogiques.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Jean-Michel Blanquer, ministre de l\'Education nationale dans les jardins du ministère pour sa conférence de presse de rentrée, le mardi 27 août 2019.
Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Education nationale dans les jardins du ministère pour sa conférence de presse de rentrée, le mardi 27 août 2019. (CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

C’est dans le jardin du ministère de l’Éducation nationale que Jean-Michel Blanquer a fait mardi 27 août sa traditionnelle conférence de presse pour la rentrée scolaire. Une façon de verdir ses annonces autour de projets pédagogiques sur l’environnement.

Les exemples de projets de ce type fourmillent déjà. Au collège de Saint-Vaast-La-Hougue (Manche), les élèves ont eu droit à un atelier très pratique pour comprendre que la meilleure façon de chasser une espèce gênante, c'est de lui trouver un prédateur ou un concurrent. Ainsi, il s'est débarrassé des 150 couples de goélands qui nichaient sur son toit et qui sont plutôt agressifs avec les élèves non pas à coup de fusil, mais avec un faucon. C’est un fauconnier professionnel qui l'a installé pendant quelques semaines pour occuper l’espace et  les goélands ont vite décampé. Sur l'environnement, c'est parce que les enseignants sont les premiers intéressés par ces sujets qu'ils embarquent leurs classes dans de nombreux projets pédagogiques.

Des potagers et des "éco-délégués"

Cette année Jean-Michel Blanquer promet de les généraliser. Faire des potagers, des nichoirs, ou des ruchers dans chaque école. Créer un concours pour soutenir les meilleurs projets. Faire le bilan carbone de 10 000 établissements scolaires. Calculer ce qui émet le plus de CO2 dans la vie de l'école, cela peut être le chauffage ou le déplacement des élèves et des profs s'ils viennent en voiture. Mieux étudier le climat et la biodiversité dans le nouveaux programmes du lycée. Enfin, recruter 250 000 "éco-délégués" l’an prochain. 

Cet ambassadeur environnemental dans son établissement intervient dans les classes pour parler, par exemple, des rapports du Giec. Gwenhael, dans son lycée de Cholet (Maine-et-Loire), a organisé un concours d’affiches, restauré une zone humide. Il a appris beaucoup de choses mais il se sentait aussi frustré de ne pas pouvoir faire plus, ne serait ce que limiter la viande à la cantine ou mieux isoler les salles de classe pour que l’établissement consomme moins d’énergie.

On attend de voir quels moyens le plan du ministre prévoit pour ces mesures. Certaines ne dépendent pas vraiment de Jean-Michel Blanquer mais il n’a sûrement pas oublié qu’il avait dû reporter l’épreuve du brevet à cause d’une canicule alors que justement les experts du climat nous disent qu’elles seront plus fréquentes et plus précoces. Ni que les élèves français, qui suivent le mouvement de grève scolaire de la suédoise Greta Thunberg ont prévu une nouvelle journée de mobilisation le 20 septembre.

Jean-Michel Blanquer, ministre de l\'Education nationale dans les jardins du ministère pour sa conférence de presse de rentrée, le mardi 27 août 2019.
Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Education nationale dans les jardins du ministère pour sa conférence de presse de rentrée, le mardi 27 août 2019. (CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP)