Environnement : 2022 a été une année noire pour les forêts

Un rapport du World Resources Institute nous apprend que la déforestation a augmenté : +10% par rapport à 2021.
Article rédigé par franceinfo - Laura Lavenne
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min
Une zone déboisée près de Sinop (Brésil), le 7 août 2020. (FLORIAN PLAUCHEUR / AFP)

Imaginez un terrain de foot détruit toutes les cinq secondes, de nuit comme de jour. Cela fait plus de quatre millions d'hectares de forêts tropicales rasés de la carte en l'espace d'une année. C'est l'analyse des données satellitaires qui permet de l'affirmer, selon le rapport du World Resources Institute pour l'année 2022. C'est l'équivalent de la Suisse ou des Pays-Bas, des surfaces boisées qui sont pourtant cruciales pour la planète et qui ont été brûlées, abattues à des rythmes effrénés.

Plusieurs pays sont touchés par cette déforestation. Au premier rang, on retrouve le Brésil. Sa surface détruite représente 43% des pertes mondiales, très loin devant le Congo (13%), suivie de la Bolivie (9%).

Les raisons de cette déforestation massive, et bien souvent illégale, on les connait, c'est l'élevage, l'orpaillage ou l'agriculture, plus particulièrement la production de cacao en Bolivie, de charbon en République démocratique du Congo.  En cause également, l'absence ou le mépris des politiques environnementales au Brésil, où la situation s'est aggravée sous Bolsonaro. Cela s'améliore depuis le retour de Lula au pouvoir. Lui, promet de mettre fin à la destruction de l'Amazonie d'ici à 2030 – à voir si ça se confirme dans la durée.

Une très mauvaise nouvelle pour le climat

Les forêts primaires, vierges de toute activité humaine, sont essentielles. D'abord parce qu'elles ont la capacité de se régénerer naturellement et surtout parce qu'elles sont de puissants aspirateurs à CO2. De fait, elles limitent le dérèglement climatique, à condition d'arrêter de les détruire, évidemment. C'est ce qu'essaie de faire l'Indonésie. Elle le fait difficilement, lentement, mais ça marche. L'archipel a divisé par quatre l'étendue de ses surfaces abattues depuis 2016.  

l'Europe, responsable de 10% de la déforestation mondiale du fait des produits qu'elle importe, le soja, la viande, l'huile de palme, tente également de limiter cet écocide. Le mois dernier, elle a définitivement adopté un règlement pour mettre fin à la commercialisation de certains produits issus de la déforestation. Ce texte entrera en vigueur dès jeudi 29 juin.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.