L'interview éco, France info

Prix des carburants : l’économiste Mireille Chiroleu-Assouline réclame un "un pacte fiscal transparent"

Les taxes sur les carburants n’augmenteront pas le 1er janvier 2019. C’était une des principales revendications des "gilets jaunes". Mais pour Mireille Chiroleu-Assouline, spécialiste de l’environnement, cette décision est "une très mauvaise nouvelle pour le climat". 

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
L\'économiste Mireille Chiroleu-Assouline, invitée de l\'interview éco le 31 décembre 2018.
L'économiste Mireille Chiroleu-Assouline, invitée de l'interview éco le 31 décembre 2018. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

Comme promis aux "gilets jaunes", le gouvernement a renoncé à augmenter la fiscalité sur les carburants au 1er janvier 2019. Les taxes vertes devaient augmenter de quatre milliards en 2019. Pour Mireille Chiroleu-Assouline, professeur à l’université Paris I Panthéon-Sorbonne, cette annulation est "une très mauvaise nouvelle pour le climat". Pour cette spécialiste de l’économie de l’environnement, la fiscalité écologique a fait ses preuves. Elle pousse les automobilistes, "à moyen terme (…) à changer leurs comportements, en les poussant à changer de véhicule, à diminuer leur consommation de carburant, et leurs émissions de dioxyde de carbone». Mais, selon elle, cette mutation ne peut se faire qu’à une condition : "Compenser la perte de pouvoir d’achat pour les ménages les plus pauvres". L’économiste estime que la "fiscalité écologique ne doit pas servir à obtenir des recettes fiscales".    

Un nouveau "pacte fiscal"

La fiscalité écologique est-elle condamnée ? Non, selon Mireille Chiroleu-Assouline. Le gouvernement compte sur le grand débat lancé au mois de janvier pour trouver des solutions. L’économiste souhaite que ce soit l’occasion d’un nouveau "pacte fiscal" : "La fiscalité écologique peut amener à prélever quatre milliards d’euros sur les Français. Mais ces quatre milliards doivent être redistribués. Si on explique comment ils sont redistribués et si c’est transparent, il n’y aura aucune raison de s’y opposer."

L\'économiste Mireille Chiroleu-Assouline, invitée de l\'interview éco le 31 décembre 2018.
L'économiste Mireille Chiroleu-Assouline, invitée de l'interview éco le 31 décembre 2018. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)