Alors que la Californie brûle, Mel Smothers joue du violon devant le brasier : "Je n’ai pu prendre qu’une valise, mon chien et mon violon"

écouter (2min)

La photo de Mel Smothers, 74 ans, a été reprise dans toute la presse aux États-Unis pour illustrer les évacuations de population dans la région du Lac Tahoe où 80 000 hectares ont déjà brûlé. Témoignage du sentiment d'impuissance et du fatalisme ressentis par les habitants face au feu.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Mel Smothers, 74 ans, lors de l'évacuation de la région du lac Tahoe, en Californie, lundi 30 août 2021. (JUSTIN SULLIVAN / GETTY IMAGES NORTH AMERICA VIA AFP)

Son geste n’a pas arrêté les flammes qui ravagent l’ouest des États-Unis, mais lui vaut d’avoir sa photo dans de très nombreux journaux et télés américaines. Parce que Mel Smothers, 74 ans, a joué du violon devant le brasier. C’était lundi 30 août, alors que le premier ordre d’évacuation du lac Tahoe (Californie) venait d’être lancé. Des milliers d’habitants ont quitté leurs maisons et pris la route, entraînant un immense embouteillage. Alors, après avoir passé une heure coincé dans sa voiture, Mel Smothers a décidé de sortir son violon et de jouer quelques morceaux, adossé à son vieux 4×4, sous le ciel orange, dans un décor de fin du monde. Les automobilistes ont commencé à sortir la tête de leurs véhicules, puis le reporter du San Francisco Chronicle, lui aussi coincé dans l’embouteillage, est venu le filmer, puis l’Agence France Presse, puis la chaîne de télé locale, etc.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par San Francisco Chronicle (@sfchronicle)

Mais ce qui est intéressant, ce n’est pas vraiment l’image, si ce n’est pour le côté incongru, du type "orchestre du Titanic" de la scène. Ce qui est intéressant, c’est ce que dit Mel Smothers aux journalistes : "Je pense qu’on aurait tous dû partir hier, dit-il très calmement dans sa barbe blanche à la chaine KRON4, mais nous partons tard, je n’ai pu prendre qu’une valise, mon chien et mon violon. Et si je joue, c’est juste parce que je n’aime pas perdre mon temps et que je dois travailler mes techniques d’archet." Pragmatique, la vie continue.

Mel Smothers explique que la veille au soir, il jouait avec des amis, qu’ils se disaient en regardant le feu qu’ils avaient le temps.

Cela fait quelques temps déjà que je sais que les belles années que j'ai vécues ici sont terminées, on entre dans une nouvelle ère, on ne peut que l’accepter.

Mel Smosthers, habitant de South Lake Tahoe

à la chaîne locale KRON4

Mel Smothers s’est installé là quand il avait 20 ans, dans les années 1970, pour vivre autrement, loin des villes. Il faut dire que le lac Tahoe est un petit coin de paradis, une eau bleue cristalline, entourée de forêt de conifères dans les montagnes de la Sierra Nevada. Autour de 25°C l’été, parfois −10°C en hiver, on se dit que ça n’aurait pas dû bruler. Et puis, il a fait de plus en plus chaud, la forêt s’est asséchée, et cette année le feu a pris. "Mes belles années ici sont terminées, conclue le violoniste, on entre dans une nouvelle ère, on ne peut que l’accepter." 

En fait, Mel Smothers, c’est un peu nous tous, nous qui voyons aussi des choses changer, les insectes de notre enfance disparaître, les forêts qui s’assèchent, les cours d’eau qui s’effacent. Comme lui, on se dit qu’on a encore du temps. C’est ce qui rend la photo du violoniste dans le brasier aussi fascinante, comme un miroir qu’elle nous tend.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers L'étoile du jour

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.