Cet article date de plus d'un an.

Il était une fois en Amérique : 1984, Reagan, l’humour contre l’âge

écouter (3min)

Alors que l'élection présidentielle se profile aux États-Unis, retour pendant tout l'été sur des épisodes marquants de l'histoire politique américaine.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Ronald Reagan, à la convention nationale des républicains, le 23 août 1984. (UPI)

En octobre 1984, Wham! a comme un message à faire passer à Ronald Reagan : il doit se réveiller. Le premier débat a été calamiteux pour le président des États-Unis, dépassé par l’énergie de son adversaire démocrate Walter Mondale. Alors Reagan a vingt points d’avance et personne ne doute qu’il va finir par l’emporter mais au lendemain de ce débat, la presse américaine ne parle plus que de l’âge du capitaine, 73 ans.

Reagan se défend, très mal, expliquant qu’avec la même quantité de maquillage que son adversaire, lui aussi ferait très jeune. Mais cacher son âge que tout le monde connaît n’est pas vraiment la bonne réponse à un débat qui prend des proportions incroyables.

Il faut donc à Ronald Reagan une nouvelle stratégie. Lui, le grand communicateur, ne peut rester sur la défensive. À l’occasion du deuxième débat, le président sort sa botte secrète, l’humour. Lorsqu'on lui demande ce qu'il pense du traitement médiatique de son âge pendant la campagne, il répond : "Vous devez savoir que je ne ferai pas de l'âge un élément de cette campagne. Je ne suis pas disposé à exploiter, pour des buts politiques, la jeunesse et le manque d'expérience de mon adversaire." Tout le monde rigole, y compris Walter Mondale. La messe est dite. Le débat sur l’âge de Reagan est clôt. Et trois semaines plus tard, le président est réélu, raflant 49 des 50 États américains. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Il était une fois en Amérique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.