Histoires d'info, France info

Histoires d'info. Alpine, une marque automobile sportive mythique qui renaît de ses cendres

La chaîne de production de la nouvelle Alpine, une marque du groupe Renault, a été inaugurée jeudi à Dieppe (Seine-Maritime), en présence du ministre de l'Economie Bruno Le Maire. Le premier modèle est sorti dans les années 1950.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Une Alpine Renault au Rallye de Monte-Carlo en janvier 1970.
Une Alpine Renault au Rallye de Monte-Carlo en janvier 1970. (STF / AFP)

L'Alpine renaît. Après vingt ans d'arrêt de la production, la marque de Renault a officiellement inauguré sa nouvelle chaîne dans son usine historique de Dieppe (Seine-Maritime), jeudi 14 décembre, en présence du ministre de l'Economie Bruno Le Maire et de Carlos Ghosn, le PDG de Renault. L'Alpine A110, nouveau modèle de la marque sportive, a pour ambition d'être la petite soeur de la "Berlinette", qui avait fait le succès d'Alpine, notamment sur les circuits.

Renault relance donc l’Alpine entre modernité et nostalgie. Ainsi, la nouvelle Alpine porte le même nom que son aînée et on en a produit 1955, référence évidente à l’année de la création de la marque.

Une seule victoire aux 24 Heures du Mans

L'apogée de l'Alpine, a eu lieu dans la Sarthe, le dimanche 11 juin 1978 : "Alpine Renault a enfin gagné les 24 Heures du Mans, le plus terrible banc d'essai de la compétition automobile. L'ancien Jean-Pierre Jaussaud, 41 ans, et le représentant de la nouvelle vague Didier Pironi, 26 ans, ont couvert en 24 heures 5 044 kilomètres. Record battu. Moyenne horaire : 210,188 km/h. Record battu . Pour Alpine Renault, une troisième satisfaction : record du tour établi par Jean-Pierre Jabouille avec 228, 923 km/h", détaillait un journaliste à l'époque. Cette victoire de l’Alpine est à ce jour la première et la seule victoire de Renault aux 24 Heures du Mans.

Après avoir quasiment tout gagné depuis les années 1960, Alpine gagne enfin les 24 Heures du Mans, la course automobile la plus prestigieuse, qui plus est devant deux Porsche. C’est le triomphe d’une sportive française au nez et à la barbe d’une marque qui était devenu presque le synonyme d’excellence dans le domaine.
Cette victoire est un immense moment de fierté nationale, comparable aux grandes victoires dans les sports collectifs à une époque où la France n’en connaissait pas beaucoup. En 1964, le général de Gaulle avait demandé au fondateur d’Alpine : "À quoi sert le sport automobile ?" , qui avait répondu : "À faire gagner la France, général !".

L’Alpine des origines est bien loin ce jour là

À l'époque, la voiture qui l’emporte est jaune, le jaune de Renault qui a remplacé le bleu traditionnel des Alpines. Le fondateur de la Société des automobiles Alpine, le Dieppois Jean Redele, est sur le point de quitter l’entreprise, progressivement passée sous contrôle de Renault à partir de 1967. 

"J'ai commencé à faire mes voitures en 1952. Nous avons réalisé quatre ou cinq prototypes et en 1955 la société Alpine est née avec des moyens au départ très limités", se souvenait Jean Redel à propose des débuts de l'aventure dans les années 1950, dans son usine dieppoise. "J'ai eu la chance de réunir une équipe de garçons aussi attachés que moi à l'objectif que nous poursuivions, aussi passionnés, qui se sont donnés corps et âme. C'est l'exemple d'une entreprise qui a été montée par le travail de toute une équipe."

Une Alpine Renault au Rallye de Monte-Carlo en janvier 1970.
Une Alpine Renault au Rallye de Monte-Carlo en janvier 1970. (STF / AFP)