Axel Bourlon, champion de para-haltérophilie : "Je veux prouver que malgré le handicap, quand on a la volonté de ses objectifs, on peut y arriver"

Chaque semaine, Théo Curin embarque dans son taxi, des championnes et des champions liés aux Jeux de Paris 2024. Voyage ici, en compagnie d'Axel Bourlon, champion de para-haltérophilie.
Article rédigé par Théo Curin, Fabrice Rigobert
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 5 min
Axel Bourlon, champion de para-haltérophilie, 13 fois champion de France, vice-champion d'Europe des victoires en Coupe du monde, et une médaille d'argent à Tokyo, il est aux côtés de Théo Curin. (ANNE BAYARD)

Demain les Jeux est un rendez-vous en partenariat avec France 3, dans le cadre de l'émission Aux Jeux, citoyens ! Le vice-champion du monde de paranatation, Théo Curin, devient Théo le Taxi, et embarque dans sa voiture une personnalité ou un champion, en lien avec les Jeux de Paris 2024. Il est aujourd'hui en compagnie d'Axel Bourlon. Une expérience que Théo Curin raconte à Fabrice Rigobert.

franceinfo : L'athlète que vous avez véhiculé cette semaine dans votre taxi, Théo, est une force de la nature ?

Théo Curin : Oui, Axel Bourlon est une personne de petite taille qu'il ne faut pas défier au bras de fer. J'en parle en connaissance de cause. Il est en effet champion de para-haltérophilie, une discipline qu'il a presque découverte par hasard.

"Un jour, j'ai voulu apprendre à nager, raconte Axel Bourlon, mais du fait de mon handicap par rapport à ma morphologie, je n'étais pas assez musclé du haut du dos pour sortir la tête de l'eau, pour prendre ma respiration. Donc pour me renforcer, j'allais aussi bien à la section musculation haltérophilie, qu'à la section piscine pour apprendre à nager. L'haltérophilie, ça tout de suite pris le dessus, donc j'ai enchaîné les compétitions les unes après les autres pour en arriver là aujourd'hui."

Aujourd'hui, combien de médailles a-t-il remportées, Axel Bourlon ?

Alors, il est quand même déjà 13 fois champion de France, vice-champion d'Europe des victoires en Coupe du monde et aussi une belle médaille d'argent à Tokyo aux Jeux paralympiques. La médaille la plus importante à ses yeux. "Évidemment la médaille des Jeux paralympiques, c'est comme les JO, c’est le Graal de la compétition, et de faire les jeux et de remporter une médaille, c'est encore plus beau...". En para-haltérophilie, cela se joue comme les sports de combat, avec des catégories selon le poids du corps et après, c'est tous types de poids de corps mélangés.

Axel Bourlon, 32 ans, soulève 172 kg en développé couché, c'est son record...

Axel a réussi à avoir une capacité incroyable aujourd'hui et une force vraiment impressionnante. C'est époustouflant quand on le voit faire. D'ailleurs, je vous conseille d'aller voir certaines vidéos et certaines images sur ces réseaux sociaux parce que c'est vraiment impressionnant.

"Je mange du développé couché cinq fois par semaine, souligne Axel Bourlon. Je veux prouver que malgré le handicap, quand on a la volonté de ses objectifs, on peut y arriver. J'ai toujours réussi à surmonter un peu les difficultés car j'ai la chance d'être bien entouré." 

L'athlète vise la médaille d'or à Paris, dans son pays et devant sa famille et ses proches qui seront à ses côtés pendant la totalité de la compétition. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.