PODCAST. Brigitte Macron, Michelle Obama, Kate Middleton... Ces femmes visées par le complotisme

Une théorie nauséabonde a été déterrée par la complosphère : Brigitte Macron serait une femme transgenre. Cette théorie complotiste pourrait n’avoir aucun écho si l’extrême droite américaine ne s’en était pas emparée à la mi-mars. Mais l'épouse du chef de l'État n'est pas la première femme célèbre visée par la complosphère.
Article rédigé par Pauline Pennanec'h
Radio France
Publié
Temps de lecture : 25 min
Kate Middleton, Brigitte Macron et Michelle Obama, trois femmes visées par la complosphère. (STEPHANIE BERLU / RADIO FRANCE)

"Les pires des choses, ce sont les fausses informations et les scénarios montés avec des gens qui finissent par y croire et qui vous bousculent dans votre intimité" : pour la première fois, le président de la République a répondu face caméra à TF1 Info aux théories du complot visant son épouse, Brigitte Macron. Le chef de l'État fait référence à une fake news qui circule depuis plusieurs années et qui affirme que Brigitte Macron est une femme transgenre née sous le nom de Jean-Michel Trogneux. Le livre L'affaire Madame de la journaliste Emmanuelle Anison (StudioFact éditions) à paraître le 22 mars retrace la genèse de cette fake news.

"Cette théorie est complotiste parce qu'elle suppose un complot, une manipulation à très grande échelle pour pouvoir tenir debout, analyse Rudy Reichstadt. Ce n'est pas une simple rumeur. Une rumeur, c'est un message qui circule hors de tout contrôle, qui n'a pas été vérifié. Là, ça a été vérifié. On sait que c'est faux. C'est un mensonge, une calomnie, il ne faut surtout pas l'oublier." 

À l'origine de cette théorie, une dénommée Natacha Rey. À l'automne 2021, ses arguments sont repris par un média d'extrême droite, Faits et Documents, "qui est dirigé par un certain Xavier Poussard, qui est très lié à Alain Soral", note Rudy Reichstadt. Le média est cité aujourd'hui par Candace Owens, célèbre commentatrice politique d'extrême droite américaine, qui publie le 11 mars ce qui, selon elle, est le "plus grand scandale politique de l’histoire de l’humanité". Sa vidéo compte plus d'1,2 millions de vues sur YouTube. "Candace Owens a quand même une puissance de feu médiatique qui est absolument folle aux États-Unis, vraiment spectaculaire, estime Tristan Mendès France. Cela montre cette imbrication qu'il y a entre la complosphère américaine et française."

Michelle Obama ou Kate Middleton dans le viseur

Brigitte Macron n'est pas la seule femme victime de cette théorie complotiste : Michelle Obama a été victime de la même mécanique de la part de la complosphère américaine, victime d'un mouvement en ligne : la "transvestigation". "C'est une pratique assez confidentielle qui consiste à croire que les puissants ou les célébrités de ce monde cacheraient leur genre véritable", explique Tristan Mendès France. Le terme "transvestigation" vient de la contraction du mot "transgenre" et "investigation". Une pratique qui date de 2013 et qui gagne en visibilité avec ses attaques contre Michelle Obama. "Mais très vite, elle va s'étendre et s'attaquer à de nombreuses personnalités, souvent des femmes comme Lady Gaga ou même Lady Di, qui seraient en fait des hommes." L'ex Première ministre de Nouvelle-Zélande Jacinda Ardern a elle aussi été visée par cette théorie transphobe.

Kate Middleton n'est pas épargnée : la princesse de Galles est au centre du "KateGate". Une photo retouchée provenant du palais de Kensington, qui était censée apaiser les spéculations, a ouvert la boîte de Pandore durant la semaine. Cette erreur de communication n’a pas apaisé les doutes et les scénarios sur l’absence publique de Kate Middleton, bien au contraire.

"Quand on ne dit pas qu'une photo a été altérée et qu'on la partage, on s'expose évidemment à une suspicion qui est légitime, note Tristan Mendès France. Le problème, c'est que dans cette suspicion légitime vient s'insérer toute la complosphère internationale qui, elle, va pousser d'autres théories complotistes. Tout récemment, il y a des contenus viraux en ligne qui disent qu'elle est morte, d'autres qu'elle est dans un hôpital psychiatrique. Bref, c'est open bar pour la complosphère et malheureusement, ça repose sur une faute qui est légitimement critiquable en termes de communication."

"Brigitte Macron, Michelle Obama, Kate Middleton... Ces femmes visées par le complotisme", c'est le 64e épisode de Complorama avec Rudy Reichstadt, directeur de Conspiracy Watch, et Tristan Mendès France, maître de conférences et membre de l'observatoire du conspirationnisme, spécialiste des cultures numériques. Un podcast à retrouver sur le site de franceinfo, l'application Radio France et plusieurs autres plateformes comme Apple podcasts, Podcast Addict, Spotify, ou Deezer.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.