C'est mon boulot, France info

Toujours plus d'indépendants... et d'auto-entrepreneurs

Les auto-entrepreneurs sont désormais aussi nombreux que les indépendants au sens classique que l'on trouve par exemple dans le bâtiment, la santé ou la restauration. Même s'ils gagnent peu, leurs revenus progressent eux aussi.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Des livreurs auto-entrepreneurs dans une rue de Paris. Photo d\'illustration.
Des livreurs auto-entrepreneurs dans une rue de Paris. Photo d'illustration. (VICTOR VASSEUR / FRANCE-INFO)

En France,les travailleurs indépendants sont de plus en plus nombreux. Ils sont un million de plus qu'il y a dix ans, ce qui porte leur total à 3,6 millions. Un chiffre qui devient moins abstrait quand on le reporte au total de la population active. Les indépendants représentent désormais 12% de la population active soit un travailleur sur huit. Et ceux qui font monter le nombre d'indépendants, ce sont très nettement les auto-entrepreneurs. La création de leur statut il y a douze ans, en 2008, a fait exploser cette population. Avec un deuxième coup de fouet, il y a deux ans. En 2018, il a été décidé d'accorder ce statut simplifié à ceux qui faisait un chiffre d'affaires deux fois plus important que le plafond fixé jusqu'alors. La population des auto-entrepreneurs a progressé de 18% par an pendant dix ans et de 26,5% l'an dernier, notamment sous l'effet de cette mesure d'élargissement.

Un revenu annuel moyen de 5 600 euros

Les auto-entrepreneurs gagnent peu, mais ils gagnent de plus en plus. Leur chiffre d'affaire progresse même de près de 4% par an depuis la création du statut. Cela dit, ça reste peu. Le revenu annuel moyen des auto-entrepreneurs n'est que de 5 600 euros, bien loin de la moyenne des indépendants "classiques", qui gagnent en moyenne 42 000 euros par an. Beaucoup, d'ailleurs, ne gagnent rien du tout. Ils sont 540 000 à ne pas avoir déclaré le moindre revenu l'an dernier. Une bonne proportion, un sur cinq, cumulent le statut d'auto-entrepreneur avec une activité salariée.

Les auto-entrepreneurs interviennent surtout dans des secteurs qui nécessitent un faible investissement et peu d'immobilisation en capital. La livraison de colis et de courrier, les taxis-VTC, l'action sociale, l'enseignement, le design et le graphisme. Il y a peut-être du nouveau concernant leurs droits au chômage. Le ministre chargé des PME, Alain Griset, a annoncé qu'il allait bientôt faire des propositions à Bruno Le Maire pour que les indépendants aient un meilleur accès au chômage. Pour l'instant, les conditions sont drastiques. Il faut avoir déposé le bilan et avoir fait un chiffre d'affaires d'au moins 10 000 euros notamment. Ce qui donne droit à 800 euros par mois. Pour l'instant, seules quelques milliers de demandes d'allocations chômage ont été enregistrées par Pôle emploi et pas plus de 800 ont abouti.

Des livreurs auto-entrepreneurs dans une rue de Paris. Photo d\'illustration.
Des livreurs auto-entrepreneurs dans une rue de Paris. Photo d'illustration. (VICTOR VASSEUR / FRANCE-INFO)