Cet article date de plus de quatre ans.

Six employeurs sur dix plus attentifs aux compétences comportementales qu'aux compétences techniques des candidats

écouter (3min)

Les compétences comportementales passent avant les compétences techniques pour se faire embaucher. C'est ce qui ressort d'une étonnante étude que Pôle emploi vient de publier.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Un entretien d'embauche. Illustration. (MAXPPP)

Qu'est-ce qui est le plus important aujourd'hui pour se faire embaucher ? Réponse : les compétences comportementales, devant les compétences techniques. C'est ce qui ressort d'une étonnante étude que Pôle emploi vient de publier.

On parlait jeudi dans cette chronique d'intelligence artificielle et du fait que dans de nombreux métiers la relation client, l'humain, allait devenir primordial, puisque les machines vont pouvoir prendre en charge des tâches répétitives. Le mouvement est déjà amorcé sur le terrain. Six employeurs sur dix estiment en effet que les compétences comportementales sont plus importantes que les compétences techniques. Ce sont elles qui, selon la direction des statistiques de Pôle emploi, décident le plus souvent de l'embauche d'un candidat. Même si dans certaines professions comme dans la santé, l'action sociale, l'enseignement et l'administration, c'est le diplôme qui passe avant tout.

L'automonie plébiscitée

Cinq compétences sont désormais considérées comme indispensables pour 90% des employeurs. Il s'agit en numéro un de l'autonomie, suivie par la capacité à travailler en équipe, le sens des responsabilités, la capacité à s'organiser et la capacité d'adaptation. Pôle emploi note aussi que le sens de la relation client est en train de se diffuser dans tous les métiers, même ceux qui ne sont pas en contact direct avec le grand public. Voilà donc des qualités à mettre en avant dans des CV et des lettres de motivation.


Pôle emploi a du reste étudié ce que les employeurs regardaient en premier dans les CV. Et c'est l'expérience professionnelle qui arrive en premier, pour les trois-quarts des employeurs. Les autres éléments qui sont scrutés sont le lieu d'habitation et les périodes de chômage. Ainsi, 40% des employeurs disent qu'ils y sont attentifs, même si c'est moins vrai pour les activités à niveau de qualification élevée et dans les grandes métropoles. Et si vous croyez que le chapitre des activités personnelles, des passe-temps ou des passions intéressent votre potentiel employeur, détrompez-vous, selon Pôle Emploi, ces éléments sont peu regardés.

En bref

Le prix du roman d'entreprise et du travail, c'est à dire le prix du meilleur roman qui a pour cadre le monde du travail, a été remis hier soir au ministère du travail à Un élément perturbateur, d'Olivier Chantraine, publié chez Gallimard. Olivier Chantraine, écrivain disciple de Philippe Djian, raconte l'histoire d'un homme décalé, hypocondriaque, frappé d'aphasie (c'est à dire que régulièrement il ne peut plus parler) qui fait capoter les montages financiers douteux de sa société de conseil. Ça illustre parfaitement l'immoralité de certaines entreprises et la désobéissance qu'on leur doit.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.