C'est mon boulot, France info

Les salariés français souvent trop pressés par le temps au travail

Une enquête du ministère du Travail dit que les trois quarts des salariés français doivent régulièrement faire des tâches trop rapidement..

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Un homme pressé quartier de la Défense à Puteaux (Hauts-de Seine).
Un homme pressé quartier de la Défense à Puteaux (Hauts-de Seine). (LOIC VENANCE / AFP)

Avez-vous le sentiment d'avoir le temps de bien faire votre travail ? Devez-vous souvent travailler trop vite ? Êtes-vous fier de votre travail ? L'Insee a interrogé les Français sur ces questions. Résultat : l'impression de ne pas avoir assez de temps au travail domine.
28 000 personnes interrogées par les enquêteurs de l'Insee, cela donne une photographie de la façon dont les Français voient leur travail. Sur l'image, publiée par la Dares, un service du ministère du travail, et exposée par le site Actuel RH, on voit des travailleurs français pressés mais paradoxalement fiers de leur boulot.

On trouve une écrasante majorité de Français qui disent devoir toujours, souvent, ou parfois faire une opération, une tâche, trop vite. Ils sont pas moins de 75% dans ce cas. Trois quarts des salariés empêchés de bien faire leur boulot. Et "toujours" ou "souvent", c'est un quart d'entre eux. Ces travailleurs qui n'ont pas le temps de "bien faire les choses" comme ils le souhaiteraient, on les trouve plus dans le haut de la pyramide. Les cadres et les professions intermédiaires sont les plus frustrés par la qualité de leur travail. Du coup, nombreux sont ceux qui admettent sacrifier la qualité de leur travail. Plus d'un salarié sur deux est dans ce cas, avec 13% qui reconnaissent le faire toujours ou souvent.


Formation insuffisante ou inadaptée

C'est la première raison invoquée. Mais ils évoquent aussi très souvent du sous-effectif. C'est le cas d'un tiers d'entre eux. Viennent ensuite le manque de temps, les logiciels mal adaptés – visiblement la révolution numérique n'a pas conquis toutes les entreprises – et le matériel insuffisant. Et pourtant, ces mêmes 28 000 Français interrogés par l'Insee attachent de l'importance au fait de bien faire leur travail. Ils sont fiers d'un travail quand il est bien fait. C'est le cas de la quasi totalité d'entre eux : 98%.

Mensonge, voire contrainte au travail


Cette même enquête se penche sur un autre phénomène étonnant : le mensonge au travail. Mais ça ne vaut que pour les salariés qui sont en contact avec le public.
Ce qui représente quand même, selon l'Insee, les trois quarts d'entre eux.
Dans cette population, il y a en effet une donnée qui est très frappante. Un bon nombre d'entre eux doivent parfois mentir au travail. Ils sont 28% dans ce cas.
Pire, ils sont aussi 15% à devoir "parfois exercer une contrainte sur des gens".
Et 13% à devoir traiter injustement des personnes ou les favoriser. Résultat, un quart des salariés reconnaissent qu'ils doivent cacher toujours ou souvent leurs émotions au travail. Pas étonnant.

Un homme pressé quartier de la Défense à Puteaux (Hauts-de Seine).
Un homme pressé quartier de la Défense à Puteaux (Hauts-de Seine). (LOIC VENANCE / AFP)