C'est mon boulot, France info

Le télétravail est retombé au niveau d'avant la crise du Covid-19

Le gouvernement veut remobiliser les entreprises sur le télétravail. Il y a effectivement de quoi s’inquiéter : un nouveau baromètre indique qu’on est retombé au même niveau qu’en décembre 2019, au niveau d'avant la crise.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Illustration du télétravail combiné à la garde des enfants à domicile.
Illustration du télétravail combiné à la garde des enfants à domicile. (FLORENCE GOTSCHAUX / FRANCE-BLEU DRÔME-ARDÈCHE)

Les chiffres avancés par le gouvernement avaient de quoi inquiéter sur le recul du télétravail. Ils indiquaient que le télétravail à 100% du temps avait perdu 15 points entre novembre 2020 et janvier 2021. L’étude qui sort mardi 9 février est encore plus préoccupante. Elle montre tout simplement un retour au même niveau que celui enregistré avant la crise sanitaire du Covid-19. Selon ce baromètre Malakoff Humanis, on est aujourd’hui à 31% de salariés en télétravail, à temps complet ou à temps partiel. On était justement à 30% en décembre 2019. Retour à la case départ, donc. Loin de ce que le même baromètre enregistrait en mai, lors du premier confinement, avec 41% de salariés en télétravail.

L'industrie et le commerce en dernière position

Pourtant, ceux qui télétravaillent le font beaucoup plus longtemps. Le nombre de jours télétravaillés est en nette hausse. Il est deux fois plus important qu’avant la crise. Il est aujourd’hui de 3,6 jours par semaine. Il n’était que de 1,6 jour fin 2019.

La faible proportion de salariés en télétravail - moins d’un tiers, donc - cache des disparités selon les secteurs. La banque-assurance, pourtant pointée du doigt par Elisabeth Borne, la ministre du Travail, comme traînant les pieds, enregistre quand même 64% de salariés en télétravail. Les services se plient aussi au télétravail, avec 55% de salariés à distance. L’industrie et le commerce sont évidemment en dernière position, avec une faible proportion de postes télétravaillables et autour de 10% de salariés en fonction à leur domicile.

>> Télétravail : ce que contient l'accord trouvé entre une majorité de syndicats et le patronat

La proportion de ceux qui travaillent à temps plein sur leur lieu de travail augmente aussi. Au mois de décembre, près des deux tiers, 61% des salariés, déclaraient passer tout leur temps dans les locaux de leur entreprise. C’est 10 points de plus qu’en juin et 30 points de plus par rapport au mois d’avril.

Ce baromètre Malakoff Humanis pointe donc un retour massif "sur site". L’industrie et la santé sont les champions de cette présence généralisée et de cet oubli du télétravail, mais là encore pour des raisons liées à la nature des emplois. 

On irait donc vers du travail hybride. C’est ce qui ressort de toutes les études du moment, et de tous les accords de télétravail signés ces derniers mois dans les grandes entreprises. La crise n’aura pas été pour rien. Le nombre idéal de jours en télétravail s’élève à deux par semaine, selon ce baromètre. C’est justement à cette dose qu’il est désormais adopté, dans les faits, par les entreprises.

Illustration du télétravail combiné à la garde des enfants à domicile.
Illustration du télétravail combiné à la garde des enfants à domicile. (FLORENCE GOTSCHAUX / FRANCE-BLEU DRÔME-ARDÈCHE)