L'accès aux toilettes au travail est un problème pour une majorité de salariés, selon une étude

écouter (3min)

Selon cette étude, 42% des sondés trouvent les toilettes nauséabondes dans leur entreprise, et 36% pas assez bien pourvues en papiers toilette.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.

C’est un sujet délicat et qui pourtant fait partie de la vie quotidienne de millions de salariés : l’accès et l’usage des toilettes de l’entreprise. Une étude sort jeudi 19 mai sur cette question. Et les femmes sont nettement moins à l’aise que les hommes.
Un sondage mené par l’Ifop, tout ce qu’il y a de plus sérieux, dont les résultats sont publiés pour le compte de Diogène, une entreprise spécialisée dans le nettoyage de logement dégradés. Plus de mille personnes interrogées et une gêne : les toilettes au travail. Avec déjà ce chiffre étonnant : un tiers des salariés, 34%, ne disposent pas de toilettes séparées pour les hommes et pour les femmes. Alors que l’Institut national de recherche et de sécurité (INRS) préconise que l’employeur mette à la disposition de son personnel des cabinets d’aisance séparés pour le personnel féminin et masculin, à raison d’au moins un cabinet de toilette et d’un urinoir pour 20 hommes et de deux cabinets pour 20 femmes. Dans ce sondage, on trouve même 1% des salariés pour dire qu’il n’y a pas de toilettes sur leur lieu de travail.

"Poop shaming"

Quand il y a des toilettes, les salariés s’en plaignent. Ces toilettes sont jugées sales par plus de la moitié des salariés interrogés, insuffisamment isolées du reste des locaux pour 45% des sondés. Ça n’est pas tout : 42% les trouvent nauséabondes, et 36% pas assez bien pourvues en papiers toilette. À noter que les réponses sont les mêmes dans le secteur public et dans le secteur privé.

D’où un sentiment de gêne à l’idée d’utiliser ces toilettes, un sentiment de gêne qui touche nettement plus les femmes que les hommes. D’une manière générale, 53% des salariés ont déjà ressenti de la gêne à utiliser les toilettes communes, mais ce sentiment monte à 60% chez les femmes. Les anglophones parlent à ce propos de "poop shaming", "poop" étant une façon enfantine d’évoquer la défécation. Une honte qui pousse 53% des femmes salariés à être incapable d’utiliser les toilettes sur leur lieu de travail. Une situation dans laquelle ne se retrouve que 30% des hommes.

Un problème qui contraint à user d’imagination. Un tiers des personnes interrogées confessent utiliser les toilettes dans un autre lieu de l’entreprise, à un autre étage par exemple. 21% quittent tout simplement leur travail pour aller aux toilettes. Ils utilisent celles d’un bar ou d’un restaurant par exemple. La même proportion, 21%, préfèrent rentrer chez eux entre midi et deux pour ne pas avoir à affronter le problème et on trouve même 11% des salariés qui prennent des médicaments pour éviter d’utiliser les toilettes pendant la journée.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.